Sinterit, fabricant spécialiste des imprimantes 3D SLS, entre sur le marché avec Sinterit Lisa. Reconnue pour son prix « plus qu’abordable », c’est une imprimante qui attire premièrement par son design.

Avec une expérience en développement d’affaires, service clientèle et marketing, Konrad Głowacki, co-fondateur de Sinterit est ingénieur de logiciel de formation.  Au-delà de son design attrayant, il explique aujourd’hui ce qui a donné naissance à Sinterit.

Comment êtes-vous venus, vos collègues et vous à la création de Sinterit ?

Mon intérêt pour l’impression 3D a commencé il y a plusieurs années et m’a emmené à construire ma propre machine RepRap, un hybride Prusa… cela m’a montré qu’il y a beaucoup de potentiel dans cette industrie. Cela me montre aussi qu’il y a beaucoup de limitations sur l’impression 3D FDM. Aussi, notre CEO actuel, Paweł Szczurek et moi avons commencé à réfléchir à ce que nous pouvions faire nous-mêmes et nous avons découvert qu’il y a des imprimantes SLA et SLS qui sont extrêmement chères mais qui n’ont pas beaucoup de limitations …

À ce moment-là, il ne s’agissait pas de créer une entreprise, mais plutôt de créer des logiciels… Nous avons décidé d’exploiter les connaissances acquises en SLS pour pouvoir en faire un service que l’on pouvait offrir aux consommateurs. L’idée principale était de changer le point « prix » et de …faire évoluer la technologie SLS aussi bien que la FDM. Après les résultats prometteurs des tests obtenus en septembre 2013, nous avons commencé à faire de plus en plus de prototypes en 2014. Par la suite, lorsque Michał Grzymała-Moszczyński notre troisième cofondateur, nous a rejoint, Sinterit a réellement pris son envol.

Qu’est-ce qui différencie votre produit phare Sinterit Lisa des autres imprimantes 3D ?

C’est la première machine SLS disponible dans le monde. Le plus grand avantage est que le client peut obtenir de meilleurs résultats sur la qualité d’impression et obtient une très bonne précision par rapport aux autres machines SLS et autres technologies. Ainsi, lorsque vous comparez le rapport qualité / prix sur le marché, Sinterit est la meilleure imprimante 3D que l’on puisse trouver sur le marché.

En outre, l’utilisateur peut avoir une expérience conviviale sur le produit. Comparé aux autres imprimantes, le système de couches de Sinterit Lisa intègre un système de chargement qui le rend résistant à tout type d’expédition.

Quelle est votre cible principale ?

Le marché primaire comprend des petites et moyennes entreprises de fabrication et de conception. En effet, elles doivent obtenir des prototypes meilleurs et plus rapides, et être capables de produire à petite échelle avec de bons matériaux.En outre, les établissements de recherche et d’enseignement, ainsi que les grandes entreprises, suscitent beaucoup d’intérêt. La technologie SLS est intéressante pour les industries telles que l’automobile, ou encore l’aérospatial.Notre objectif principal est de rendre nos clients plus rapides et plus innovants, les aidant ainsi à obtenir plus de clients et de meilleurs produits.

Quel est le marché qui présente la plus forte demande ?

Actuellement, il y a du potentiel sur le marché européen, la France, l’Allemagne … qui sont aussi les principaux moteurs pour vulgariser la technologie. L’Europe est plus habituée à notre technologie. Nous voyons un potentiel et un intérêt dans d’autres continents mais actuellement l’Europe est la plus demandée.

Vous soutenez un grand nombre de clients dans leurs projets, parlez-nous de 2 d’entre eux qui se sont montrés être de vrais challenges pour l’entreprise.

Chaque client présente des défis à relever sur les applications. L’un de ces challenges a été réalisé en collaboration avec le concepteur 3D Bartłomiej Gaczorek. Il consistait en réaliser un bras d’exosquelette pour permettre à un enfant atteint d’atrophie musculaire spinale (SMA en anglais – une maladie qui empêche le bon fonctionnement des muscles) de pouvoir avoir plein usage de son bras. Ce travail a nécessité beaucoup de design et d’implication de la technologie pour réaliser “l’exosquelette”.

Un autre est la réalisation de lunettes de réalité augmentée, effectuée avec la collaboration du Pr. Rigo Herold d’Allemagne. Le problème est que la taille standard de l’oculaire ne fonctionne pas toujours dans l’industrie. Les exigences étaient élevées – les jantes devaient être légères mais assez précises, pour pouvoir y mettre tous les éléments nécessaires. La résistance aux hautes températures et la durabilité étaient également des facteurs importants, en particulier dans le cas de personnes exposées à des substances nocives, l’utilisation de l’impression 3D, qui s’avère être la meilleure solution.Ceci est un exemple de production personnalisée qui est durable. Les tests sur les matériaux, la production devaient absolument être personnalisés … c’était indispensable.

Qu’est-ce qui motive le lancement du concours de conception d’impression 3D organisé avec My Mini Factory?

Nous avons mis à disposition la technologie SLS afin que les concepteurs puissent créer des projets de qualité supérieure, mais aussi pour les motiver à développer des innovations. Ce concours devrait montrer comment mettre à niveau de grands projets, de la technologie FDM à la technologie SLS. Il permettra de mettre en avant le potentiel de la technologie SLS afin de montrer qu’il n’y a pas de limitations sur le formulaire.

Quel est votre point de vue du marché de l’impression 3D ?

Je ne pense pas que ce soit déjà un marché mature. Il continue de croître. La partie la plus difficile consiste à trouver la technologie appropriée pour une application correcte. Rendre cette technologie accessible à un public international est assez difficile. Et c’est difficile de se concentrer là-dessus. Sa croissance est visible par tous. Le temps et l’intérêt des entreprises se développent également. Il faudra encore du temps pour que le marché soit mature, peut-être 5 ans … mais il y a déjà beaucoup d’innovations qui sont en train d’être révélés…

Que pensez-vous du marché spécifique de la Pologne ?

C’est un marché où on vend bien des imprimantes 3D … certes beaucoup moins développée que l’Allemagne. Il reste encore beaucoup de travail à faire, mais les gens comprennent mieux les possibilités de l’impression 3D. Nous avons aussi beaucoup de fabricants d’imprimantes 3D, ce qui montre que nous innovons beaucoup dans l’industrie. Ce qui est bien, c’est « le genre de soutien qui existe entre nous sur le marché. »

Quelles sont vos perspectives de développement ?

Pour l’instant, la partie la plus importante concerne les différents champs d’applications de la technologie. Cela implique de nouveaux matériaux ; la vision de nouveaux clients … et c’est très prometteur pour l’avenir. Pour l’année prochaine, restez connectés, de nouvelles choses arrivent…

 

Pour des informations exclusives sur l’impression 3D, abonnez-vous à notre newsletter et suivez-nous sur les réseaux sociaux !



About the author

Related

%d blogueurs aiment cette page :