Je ne suis pas sûre qu’un seul article suffise à résumer la conférence TIPE 3D Printing, organisée par Women in 3D Printing la semaine dernière. L’événement numérique qui s’est déroulé les 27 et 28 janvier a rassemblé 1600 participants du monde entier qui étaient prêts à présenter et à écouter des présentations et des panels percutants sur cinq pistes : Technologie, Industrie, Personnes, Économie et Jeunesse.

La conférence a débuté par une puissante « mise en bouche » du Dr Sara Safari, auteur, conférencière, alpiniste, professeur d’université, ingénieur électricien et défenseur de l’autonomisation des femmes, qui a donné le ton à deux journées exceptionnelles pour l’industrie de l’impression 3D. La conférence TIPE est vraiment unique en son genre et ce, non pas seulement parce qu’il s’agit du premier programme entièrement féminin d’orateurs et de panélistes, mais surtout parce que, pour la première fois, une conférence sur l’impression 3D aborde plus que des questions technologiques.

Après une analyse minutieuse, de la part d’une organisation qui a pour mission de promouvoir, d’inspirer et de soutenir les femmes dans l’industrie de la FA, cela a tout son sens. Cet esprit s’est en fait clairement reflété dans l’espace virtuel.

Si l’événement a amplifié le besoin d’une plus grande inclusion, il a également montré, par le nombre de sponsors, que les entreprises sont prêtes à prendre cette question au sérieux.  Des dirigeants de grands groupes de la FA, des acteurs de la communauté universitaire, des organisations gouvernementales, des associations à but non lucratif mais surtout des ingénieurs que nous ne voyons pas toujours – et qui ont pourtant un parcours personnel incroyable – ont partagé des points de vue clés dans un large éventail de domaines, notamment la FA métal, les soins de santé, les activités sociales et même l’économie de l’impression 3D.

Nous avons passé deux jours à la conférence TIPE, jonglant avec le décalage horaire et le travail usuel à 3D ADEPT Media (certainement la beauté d’un événement numérique). Nous avons écouté des présentations uniques et des panels « difficiles à qualifier », nous avons parlé avec tant d’anciens et de nouveaux visages de l’industrie de la FA, en essayant d’obtenir leur point de vue sur l’événement.

En fin de compte ? aucun point de vue n’est semblable à l’autre – avec raison. La question n’était pas de savoir comment les gens ont trouvé l’événement, mais surtout ce qu’ils cherchaient, ce qui les a amenés à la conférence TIPE.

Beaucoup recherchaient la dose de courage qu’il fallait pour poursuivre la prochaine étape de leur carrière ou de leurs projets personnels, tandis que d’autres cherchaient des pistes. Un autre groupe de personnes cherchait à comprendre le monde de l’impression 3D grâce à des initiés de l’industrie et des utilisateurs de la FA, tandis que d’autres encore étaient là pour faire du réseautage.

Nous ne prétendons pas avoir écouté tous les panels et présentations – ce n’était tout simplement pas possible, mais nous avons appris une chose ou deux de certains des morceaux que nous aimerions partager aujourd’hui.

Pistes « technology » et « industry »

Ces deux pistes abordaient principalement l’état actuel du marché de la fabrication additive du point de vue des fournisseurs de technologies de FA et du point de vue des utilisateurs de la technologie. Elles ont été conçues principalement pour les utilisateurs avancés qui cherchaient à se tenir au courant des dernières tendances dans le secteur de la FA.

Les grandes idées consistaient à explorer les avancées actuelles en termes de matériaux, de FA métal et le nouveau paradigme dans les flux de travail numériques et la fabrication 4.0.

Le volet « industry » a quant à lui mis en évidence la perspective de l’utilisateur, la façon dont les créateurs de startups utilisent la FA pour construire la prochaine génération de produits finaux. Parmi toutes les conversations, celle qui s’est distinguée des autres de la même gamme est le panel « créer un nouvel usage de la FA par les consommateurs ».

Ce panel a réuni Claire Chabaud (fondatrice de FusionBra), Marine Core-Baillais (fondatrice de la Pâtisserie numérique) et Danit Peleg (créatrice de mode imprimée en 3D), trois femmes qui n’ont pas nécessairement la formation d’ingénieur qui apporte une certaine crédibilité aux innovations mais qui ont réussi à trouver leur propre voie dans l’industrie en créant des produits authentiques et à la pointe de la technologie. Le panel n’a pas seulement donné un aperçu de ce qu’elles développent, il a également mis en évidence les nouvelles exigences des consommateurs qui doivent être satisfaites. Il n’est pas certain que le consommateur final sera un jour intéressé par les détails de la technologie utilisée pour fabriquer son produit. Cependant, il faut garder à l’esprit qu’il s’interroge sans cesse sur ce qu’il consomme et, surtout, sur la façon dont le produit va directement affecter et changer sa vie. Le besoin de produits imprimés en 3D plus personnalisés n’est plus un simple caprice, car pour certains produits, il recentre le débat autour d’une seule question : « comment cela affecte-t-il ma vie et mon bien-être ? »

Pistes « People » et « Economy »

Ces pistes portaient sur la manière de “faire la différence” dans sa carrière, dans la façon dont on développe un produit/service, dans la façon dont on veut que son entreprise ou son équipe se développe.

Des conseils de marketing pour lancer et développer un produit dans l’industrie technologique (donnés par Susanne Trautmann) aux innovations centrées sur l’homme et aux moyens de gérer une carrière dans le domaine de la gestion du personnel (Adeola Olubamiji), ces pistes étaient axées sur la manière de se développer personnellement et professionnellement.

Parmi toutes les présentations et les panels, l’un des thèmes qui s’est démarqué de la foule est “comment être CEO dans la FA“. Modéré par Debbie Holton, directrice générale d’ASME, le panel a mis en lumière les points de vue d’Ellen Kullman (présidente et directrice générale de Carbon), Kay Matin (présidente d’AlphaSTAR), Melanie Lang (directrice générale de formAlloy) et Christina Perla (CEO de Makelab).

Dans un secteur de plus en plus axé sur les applications, les années à venir verront probablement l’émergence d’un plus grand nombre de start-ups utilisant l’impression 3D pour le développement de leurs produits. Pour ces nouveaux venus, mais aussi pour les CEO actuels qui s’efforcent de s’imposer dans le secteur, il y a des notions qu’il faut garder à l’esprit.

Il n’est pas surprenant que chaque CEO vienne avec une expérience unique qui déterminera la façon dont il/elle dirigera en période de stress ou au quotidien. Kullman, par exemple, apporte plusieurs années d’expérience dans des rôles de direction au sein de grandes entreprises de plusieurs secteurs. Matin a acquis une vaste expérience dans la direction des PMEs au cours des 30 dernières années. Lang apporte l’expérience et l’expertise qu’elle a acquises dans le domaine de l’aérospatiale et applique cette expertise technologique dans son entreprise de maintenance. Quant à Perla, elle reflète l’esprit d’entrepreneuriat car non seulement elle fait évoluer Makelab pour en faire l’un des services d’impression 3D de qualité, mais elle construit une nouvelle culture, où “agir vite” est l’une des clés du succès.

Si les grandes entreprises semblent souvent disposer de plus de ressources pour être flexibles en période de stress, Kullman explique que ce sont des moments qu’on ne peut pas contrôler. Cependant, c’est en ces temps-là que les gens devraient reconnaître votre créativité et votre résilience.

Dans une PME, en revanche, Matin explique que la dynamique est différente. Il s’agira de comprendre les problèmes que l’équipe traverse, d’être plus solidaire afin de maintenir la cohésion et la cohérence dans le travail.

En outre, Perla estime qu’une des choses qui rendent les femmes chefs d’entreprise exceptionnelles est leur capacité à « écouter les autres, à tracer l’ensemble du tableau, à analyser et à agir ». Ceci étant dit, elle garde toujours un credo à l’esprit : « Faites des petits gestes audacieux afin que les gens vous reconnaissent dans vos actions ».

Enfin, que vous soyez un homme ou une femme à la tête d’une entreprise, votre mission sera de faire croître cette entreprise. Pour Lang, que vous soyez ou non un fondateur, vous devriez toujours être en mesure de faire la différence entre “parrain et mentor” : « Un mentor vous donnera des conseils. Un parrain vous aidera à mettre en œuvre le projet que vous avez. Les deux vous apporteront différentes formes de soutien qui vous aideront à atteindre vos objectifs ».

La piste « Youth »

Cette piste n’a pas reçu la même exposition que les autres dès le début mais sa place a été déterminante pour la prochaine génération d’ingénieurs qui cherchaient un modèle à avoir dans leur carrière.

Parmi les intervenants de cette session, Njideka Harry, présidente de YouthForTech, a mis en avant les dernières activités que son organisation a organisées pour les filles et les garçons au Nigeria (Afrique) et sa volonté de poursuivre l’aventure aux États-Unis.

Les jeunes ingénieurs ont appris de manière très amusante le « guide de survie des métaux déclassifiés » de SJ, passionnée de FA métal, tandis que d’autres se sont inspirés du voyage inhabituel mais exceptionnel de la passionnée de l’amoureuse de l’espace Eliana Fu. 

Ces noms ne sont que quelques-uns des 147 qui ont attiré notre attention lors de la conférence TIPE, mais il y a beaucoup plus à découvrir et à discuter.

TIPE n’est que le premier événement industriel de 2021, mais nous garderons une chose à l’esprit : lorsque les femmes unissent leurs forces pour amplifier leurs voix, elles brisent les plafonds de verre.

N’oubliez pas que vous pouvez poster gratuitement les offres d’emploi de l’industrie de la FA sur 3D ADEPT Media ou rechercher un emploi via notre tableau d’offres d’emploi. N’hésitez pas à nous suivre sur nos réseaux sociaux et à vous inscrire à notre newsletter hebdomadaire : FacebookTwitterLinkedIn & Instagram !