Air New Zealand s’aventure dans l’impression 3D de pièces en métal. L’entreprise a collaboré avec Zenith Technica pour évaluer dans quelle mesure elle peut fabriquer des pièces métalliques imprimées en 3D pour les avions et les outils.

L’expertise de Zenith Technica repose sur la conception et la fabrication de titane imprimé en 3D et d’autres métaux par fusion par faisceau d’électrons (EBM). Pour sa première expérience, la compagnie aérienne est très heureuse de collaborer avec un opérateur local, accessible en termes de services et de distance. Air New Zealand bénéficie également du service de GE Additive pour apprendre de nouvelles choses dans cet environnement.

Quoi qu’il en soit, pendant les phases initiales de leur collaboration, l’équipe a imprimé un prototype d’ossature métallique pour la cabine Business Premier d’Air New Zealand, afin de tester de nouveaux concepts et de nouvelles idées. En outre, ils ont également fabriqué de nouveaux aérateurs.

Il est à noter que ces premières étapes démontrent également la force, la polyvalence et le potentiel du titane, un matériau très convoité dans l’impression 3D de pièces pour les applications aéronautiques. (Lisez le numéro d’avril de 3D Adept Mag pour découvrir les avantages et les limites de ce matériau – Page 16).

« Les intérieurs d’avions sont composés de dizaines de milliers de pièces, et la capacité d’imprimer en 3D sur demande des pièces légères dont nous n’utiliserons qu’un petit nombre, plutôt que de nous fier aux méthodes de fabrication traditionnelles, est un énorme avantage pour notre entreprise, qui ne compromet aucunement la sécurité, la solidité ou la durabilité. »

Un moyen d’accélérer l’adoption locale de l’impression 3D pour l’aviation

Cette collaboration entre deux entreprises d’un même pays ne renforce pas seulement l’économie du pays mais favorise également l’adoption de l’impression 3D dans ce secteur.

Cependant, notez qu’« Air New Zealand a commencé son incursion dans le domaine de l’impression 3D en 2016 et s’est maintenant tournée vers des éléments tels que les petites pièces améliorées pour les écrans IFE qui permettent d’économiser du temps et de l’argent. »

La société travaille aussi avec de nouveaux partenaires tels que ST Engineering Aerospace sur des pièces plus avancées. Des recherches sur des nouveaux processus sont en cours avec l’Université d’Auckland, l’Université Victoria de Wellington et d’autres entreprises technologiques. Plus récemment, elle a utilisé un scanner laser 3D pour créer des dessins de pièces, des dessins d’outils et des modèles intérieurs.

Pour des informations exclusives sur l’impression 3D, abonnez-vous à notre newsletter et suivez-nous sur les réseaux sociaux !

Vous souhaitez-vous abonner à 3D ADEPT Mag ? Ou vous voulez figurer dans le prochain numéro de notre magazine numérique ? Envoyez-nous un email à contact@3dadept.com