Un gros plan de l’embout de la bio-imprimante pour la peau.
Source : WFIRM photo

L’idée d’une bio-imprimante 3D remplie des cellules d’un patient, capable d’imprimer la peau couche par couche pour guérir les plaies, ressemble à de la science-fiction et pourtant, les ingénieurs nous rapprochent de plus en plus de cette réalité.

Les ingénieurs du Wake Forest Institute for Regenerative Medicine (WFIRM) ont mis au point un système mobile de bio-impression de la peau qui pourrait permettre d’imprimer la peau à deux couches directement dans une plaie. Cette percée technologique serait une solution pour des millions de personnes souffrant de plaies chroniques, importantes ou non cicatrisantes, telles que les escarres diabétiques, qui sont considérées comme très coûteuses en raison de la variété des traitements nécessaires.

Des chercheurs démontrent la preuve de concept de la bio-imprimante 3D capable d’imprimer la peau

« L’aspect unique de cette technologie est la mobilité du système et la capacité d’assurer la prise en charge sur place des plaies étendues en les scannant et en les mesurant afin de déposer les cellules directement là où elles sont nécessaires pour créer la peau », a déclaré Sean Murphy, Ph.D., un professeur adjoint du WFIRM qui était l’auteur principal du rapport de recherche.

Les principales cellules de la peau – fibroblastes dermiques et kératinocytes épidermiques – sont facilement isolées à partir d’une petite biopsie de tissu indemne et développées. Les fibroblastes sont des cellules qui synthétisent la matrice extracellulaire et le collagène qui jouent un rôle essentiel dans la cicatrisation des plaies, tandis que les kératinocytes sont les cellules prédominantes de l’épiderme, la couche extérieure de la peau.

Les cellules sont mélangées dans un hydrogel et placées dans la bio-imprimante. La technologie d’imagerie intégrée impliquant un dispositif qui scanne la plaie, envoie les données dans le logiciel pour indiquer aux têtes d’impression quelles cellules délivrer exactement dans la plaie, et ce, couche par couche. Cela réplique et accélère la formation d’une structure et d’une fonction normales de la peau.

L’étape suivante consiste maintenant à mener un essai clinique chez l’homme. Les chercheurs s’attendent à de bons résultats parce que pendant la recherche, ils pouvaient déjà percevoir une nouvelle peau se former vers l’extérieur à partir du centre de la plaie. Ceci n’est possible que grâce à l’utilisation des cellules du patient. Toutefois, jusqu’à présent, nous n’avions vu que l’utilisation de la bio-impression 3D et du cartilage de crocodile pour réparer les blessures articulaires.

Pour des informations exclusives sur l’impression 3D, abonnez-vous à notre newsletter et suivez-nous sur les réseaux sociaux !

Vous souhaitez-vous abonner à 3D ADEPT Mag ? Ou vous voulez figurer dans le prochain numéro de notre magazine numérique ? Envoyez-nous un email à contact@3dadept.com

About the author

Passionnée de nouvelles technologies, j’ai découvert l’impression 3D à travers différentes expériences professionnelles. Consciente de l’importance de cette technologie pour les marchés d’aujourd’hui et de demain, c’est avec plaisir que je vous partage les dernières informations et analyses qui y ont trait, afin qu’à votre tour, vous puissiez en tirer profit. #Restezconnectés #3DAdept

Related

%d blogueurs aiment cette page :