Une douzaine de raisons suscitent l’intérêt de ce nouveau venu sur le marché florissant des chaussures imprimées 3D : le prix (Seulement 95$), la politique de transparence sur la production des baskets ainsi que l’argument incontestable de la qualité qui semble indiscutable.

Oliver Cabell fabrique des chaussures simples qui se distinguent par l’utilisation de l’impression 3D dans leur processus de production et de bouteilles en plastique recyclées : une combinaison de méthodes de production durables et de techniques anciennes.

Sans expérience de la mode et du commerce de détail, le génie derrière cette jeune entreprise est Scott Gabrielson, un homme de 30 ans qui a déménagé en Angleterre il y a trois ans pour démarrer une entreprise. Toute l’équipe a maintenant déménagé aux États-Unis où ils unissent leurs forces pour permettre à l’entreprise d’aller de l’avant.

Le lancement de plusieurs produits

Après un an de développement, Oliver Cabell a procédé au lancement d’une série de produits spécialement conçus pour les baskets en cuir haut de gamme, dont un produit de blanchiment des chaussures, créé pour raviver les baskets en cuir blanc.

Après le lancement des baskets GAT, la marque de chaussures lance Phoenix, une chaussure imprimée en 3D à partir de bouteilles d’eau recyclées.

La vérité est que plus de 300 millions de tonnes de plastique sont produites chaque année. Cependant, seulement 9 à 10 pour cent environ de ces déchets sont recyclés. Oliver Cabell vise à surmonter ce défi en réutilisant le plastique indissoluble pour arrêter cette pollution de l’environnement.

Dans le même ordre d’idées, d’autres entreprises ont pu lutter contre ce problème, notamment le Belge Tridea et l’Anglais Filamentive qui ont collaboré pour la production d’un filament pour imprimante 3D fabriqué à partir de bouteilles en plastique PET.

Le Phoenix

Pour revenir à cette brillante idée, les chaussures seront disponibles en noir et blanc et comporteront une partie imprimée en 3D (celle au-dessus de la semelle intermédiaire) produite avec 7 bouteilles en plastique recyclé. Fait intéressant, l’entreprise a d’abord lavé les bouteilles et les a déchiquetées en petits flocons.

Une fois les flocons fondus et refroidis, ils ont été pressés à travers une matrice pour former une sorte de filament, des « longs fils ». Ce fil a été utilisé dans l’imprimante 3D pour produire la tige Phoenix.

Les autres caractéristiques des baskets incluent une languette en microfibre, une semelle extérieure légère en EVA moulé par injection et une doublure antibactérienne pour tuer les odeurs.

L’ensemble de ces propriétés crée une chaussure légère, lavable en machine, destinée à un usage quotidien.

Vous pouvez maintenant poster vos offres d’emploi sur 3D ADEPT Media. Pour des informations exclusives sur l’impression 3D, abonnez-vous à notre newsletter et suivez-nous sur les réseaux sociaux : FacebookTwitterLinkedIn & Instagram !Vous souhaitez-vous abonner à 3D ADEPT Mag ? Ou vous voulez figurer dans le prochain numéro de notre magazine numérique ? Envoyez-nous un email à contact@3dadept.com




Passionnée de nouvelles technologies, j’ai découvert l’impression 3D à travers différentes expériences professionnelles. Consciente de l’importance de cette technologie pour les marchés d’aujourd’hui et de demain, c’est avec plaisir que je vous partage les dernières informations et analyses qui y ont trait, afin qu’à votre tour, vous puissiez en tirer profit. #Restezconnectés #3DAdept