Ce qui fait la particularité d’une année, c’est le fait que les moments forts des uns ne sont pas forcément les moments forts des autres. Retour sur une année d’innovations à travers des chiffres clés :

4

Jusqu’ici, les innovations ont été observées dans les secteurs de l’art, la mode, l’architecture, la construction, la médecine, l’aérospatiale et l’automobile.

Les stylistes et les marques de chaussures exploitent de plus en plus l’impression 3D pour leurs créations. Si on déplore le caractère toujours limité des collections de chaussures (Reebok, adidas, etc.) fabriquées avec l’impression 3D, on s’interroge aussi sur la « portabilité » des vêtements fabriqués avec l’impression 3D par le consommateur moyen.

Dans le secteur de la construction, l’utilisation de la fabrication additive soulève les questions de durabilité et les enjeux relatifs au problème d’habitation pour les populations défavorisées dans le monde. Par ailleurs, cette année marque aussi le début d’habitation de certaines maisons sociales imprimées en 3D telles Yhnova (la maison de Nantes).

De manière générale, les trois derniers secteurs mentionnés supra sont ceux qui contribuent le plus à la croissance de l’industrie, on note cependant 4 secteurs qui attirent de plus en plus l’attention et qui bénéficient d’investissements de la part des entreprises : les chemins de fer, les industries de transformation, l’e-commerce et la logistique.

10

De nombreux centres technologiques ont été ouverts de par et d’autre du monde pour faire avancer les nouvelles technologies.

L’ouverture de 10 principaux centres a marqué l’industrie, par leur fort positionnement géographique et les partenariats qui ont été créés. Ce sont entre autres l’ouverture du centre technologique de Birmingham par Autodesk, en Chine par HP, à Singapour par DNV GL d’une part, d’autre part par SIAEC et Stratasys, en Israël par XJET, en Californie par Renishaw, à Exton (USA) par Arkema, au Massachusetts par Dassault Systèmes et UMass Lowell, à Düsseldorf (Allemagne) par EOS, en Italie par WASP.

En plus de ces centres, le marché a aussi célébré un grand nombre de partenariats dans différents secteurs pour faire avancer l’adoption de la fabrication additive sur le plan de la recherche et du développement, de la commercialisation des technologies ou encore sur la réalisation de projets spécifiques.

50

50 porte-parole d’entreprises de la fabrication additive ont à tour de rôle partagé leur expérience du secteur dans le cadre de notre rubrique « Opinion de la semaine ». Afin de mieux appréhender 2019, vous pourrez (re)découvrir, parmi les interviews phares, ce que nos analystes pensent du marché 2018 des imprimantes 3D et du marché de l’impression 3D métal en 2018.

Le marché 2018 vu par quelques entreprises de la fabrication additive et leurs perspectives pour 2019

Pour ce dernier article de 2018, nous avons demandé à quelques-unes de ces entreprises comment elles voyaient le marché de l’impression 3D en 2018 et leurs attentes pour 2019. Découvrez-ci-dessous leurs réponses :

Scott Sevcik, vice-président des solutions de fabrication chez Stratasys

« Nous assistons enfin à l’évolution de la fabrication additive au-delà du prototypage rapide vers la production en série de pièces pour la chaîne de montage. En particulier dans les environnements de production automobile et aérospatiale, les technologies de FA sont de plus en plus utilisés dans les usines de toute la chaîne d’approvisionnement, tant pour l’outillage sur mesure que pour les pièces finales. »

« Au cours de la prochaine année, nous serons témoins de l’adoption accrue de normes dans l’industrie. Stratasys a déjà d’importants équipementiers et fournisseurs de premier niveau qui poussent les spécifications à la baisse dans la chaîne d’approvisionnement. Ainsi, le marché devrait connaître une augmentation spectaculaire du nombre de pièces de production imprimées en 3D. Et c’est déjà le cas dans des industries clés comme l’aérospatiale, où l’impression 3D et les pièces certifiées volent aujourd’hui à bord des avions. »

Pierre-Antoine Pluvinage, Business Developer chez ARMOR pour la marque de fabrication additive Kimya

2018 a été une année où le marché se cherchait et en même temps qui se professionnalisait du point de vue des acteurs et aussi des utilisateurs. Il est marqué par l’arrivée de nouveaux matériaux FDM haute performance et haute température ; l’évolution des imprimantes 3D pour servir les besoins industriels ainsi que la production industrielle pour les petites séries et une demande grandissante des industriels pour des matériaux adaptés aux process FDM et qui répondent à leurs besoins spécifiques pour des applications concrètes.

On note cependant une méconnaissance de la technologie et de ses possibilités d’où le besoin d’accompagnement et de services pour montrer les possibilités ainsi que des matériaux qui ne répondent pas à des normes et certifications de secteurs d’activités en lien avec des applications.

En 2019, KIMYA misera sur :

« L’accroissement d’un travail collaboratif (co-industrialisation) entre les différents acteurs (chimistes, fabricants d’imprimantes, fabricants matériaux) pour mieux servir le client en faisant évoluer la technologie et ses limites actuelles ;

Des développements significatifs sur des projets R&D matériaux en lien avec des cas concrets d’usages ;

Des développements sur mesure avec des propriétés pour des industriels qui vont déboucher sur des utilisations concrètes de pièces imprimées en 3D pour des produits finis. »

Alessio Lorusso, fondateur et CEO de Roboze

« Le marché de l’impression 3D évolue rapidement. C’est pourquoi il est extrêmement important d’être rapide et innovant. Les gens prennent conscience de ce type de technologie et des avantages qu’elle peut apporter.

Si jusqu’à il y a quelques années, l’impression 3D n’était connue que de ceux qui étaient vraiment intéressés ou des experts toujours à la recherche de nouvelles, maintenant je peux remarquer un changement.

[en 2018], nous avons assisté à l’IMTS18, où nous étions sûrs de trouver un public vraiment compétent, étant donné que le marché américain a commencé à traiter avec la fabrication additive et l’impression 3D plus tôt qu’en Europe.

Cependant, lors de la dernière édition de Formnext 2018, nous avons été très impressionnés de constater une augmentation de la prise de conscience des gens qui s’approchent de notre technologie. La plupart d’entre eux, même ceux qui ne travaillent pas dans le domaine de la fabrication additive, connaissaient déjà l’impression 3D et étaient curieux d’en savoir plus. Nous pouvons affirmer avec certitude que même l’Europe est en train de prendre conscience des avantages de l’impression 3D.

De plus, sur le plan des matériaux, cette année 2018 a vu un incroyable développement des composites. Dans ce domaine, nous pouvons nous considérer comme des pionniers, et nous en sommes fiers, comme ce fut le cas avec PEEK. »

Les attentes de Roboze pour 2019 :

« Je pense que le secteur de la santé va connaître une grande évolution.

De plus, la tendance est de trouver une solution pour accélérer les processus et réduire les coûts. A ce propos, je pense que 2019 sera l’année de la collaboration où de nombreuses sociétés spécialisées dans l’impression 3D travailleront ensemble afin d’offrir au client une solution réelle et complète.

Enfin, nous verrons d’excellentes nouvelles dans les domaines des matériaux, en particulier les composites. D’autres matériaux seront disponibles pour l’impression 3D.

Je suis certain qu’en 2019, Roboze et l’ensemble du marché feront un grand pas en avant. »

Edward Feng, CEO de Raise3D

« Je définirais le marché de l’impression 3D en 2018 comme l’un des marchés les plus collaboratifs pour la technologie FFF Prosumer. Grâce aux efforts conjoints des fabricants d’imprimantes 3D, des fabricants de filaments et des éditeurs de logiciels, nous avons vu de plus en plus de matériaux industriels comme le Peek, le PP, le nylon, le métal, etc. s’intégrer avec succès dans le monde réel ».

« Suivant la tendance observée aux États-Unis, je pense qu’en 2019, nous verrons de plus en plus de fabricants tirer parti des solutions d’impression 3D. En préparation, Raise3D lancera RaiseCloud, le premier écosystème de gestion d’impression 3D entièrement intégré de son genre. RaiseCloud permet aux utilisateurs de relier globalement plusieurs imprimantes entre elles, fournit une surveillance centralisée tout en améliorant considérablement les fonctions de gestion des impressions et le flux de travail. »

Dr. Hendrik Schafstall, CEO & Managing Director Simufact Engineering and Dr. Patrick Mehmert, Product Manager Simufact Additive.

« Le marché est encore émergent et en pleine croissance, car la fabrication additive est maintenant bien connue de tous les acteurs de l’industrie. Certains passent déjà du prototypage et des petites séries à la production en série tandis que d’autres explorent encore les possibilités de l’impression 3D dans leur domaine. La simulation de la fabrication additive, ses avantages et ses capacités sont bien connus entre-temps. Dans ce domaine également, certains ont déjà intégré la simulation dans leur flux de travail quotidien, tandis que d’autres hésitent encore et pensent que l’expérience pratique est suffisante pour réussir le processus d’impression. »

En 2019, nous nous attendons à voir « un marché très agile avec beaucoup de nouveaux arrivants d’un côté et de consolidation de l’autre. La médecine anthroposophique se transforme d’un sujet à la mode en une option de fabrication habituelle qui devient plus mature mais qui a encore beaucoup de potentiel d’amélioration. »

Bertrand Humel van der Lee, Chief Customer Operations Officer (CCOO) EOS GmbH

« En 2018, nous avons vu [les secteurs de l’aérospatiale, de l’automobile et des soins de santé] tirer le meilleur parti de l’impression 3D pour être compétitives. Ainsi, la fabrication additive s’est déjà fait un nom dans ces industries, la clé sera maintenant de poursuivre le passage du prototypage à la préproduction et à l’accélération de la production en 2019 et au-delà. Par exemple, avec le vieillissement de la population mondiale, nous prévoyons une prolifération de l’impression 3D dans le secteur de la santé, car il y a une augmentation de la demande de soins et de traitements personnalisés, ainsi que de dispositifs médicaux imprimés en 3D personnalisés.

L’un des défis que nous avons vus en 2018 est l’intégration transparente et efficace de l’impression 3D dans les environnements de production existants, la combinaison de l’impression 3D industrielle avec les technologies de production conventionnelles et l’optimisation continue du flux des pièces et des données sont également des exigences élémentaires. En bref, il s’agit de l’interconnectivité numérique des technologies conventionnelles et additives afin d’optimiser encore la qualité et le coût de l’application série fabriquée de manière additive. »

En 2019, « l’utilisation de l’impression industrielle 3D pour les applications en série va se poursuivre. Les entreprises qui adoptent des technologies intelligentes telles que les pièces et composants d’impression AM à 3D sont en mesure de réduire les coûts de production, les processus et le temps grâce à la reconception et l’intégration des pièces. Cela rend également la fabrication nationale plus pratique que l’importation en provenance de l’étranger. Cela est d’autant plus important que la montée du protectionnisme et les conflits commerciaux auront un impact sur la chaîne d’approvisionnement mondiale pour progresser vers la décentralisation et la régionalisation de la fabrication.

L’industrie est à un point de basculement et 2019 offre aux fabricants et aux entreprises l’occasion d’adopter l’impression 3D dans l’ensemble de leur processus de fabrication. Avec la bonne combinaison de technologie, de compétences et d’expertise, la France a l’opportunité d’être compétitive au niveau mondial et de renforcer sa position de puissance industrielle. »

Dr. Stephan Beyer, CEO de BigRep

Au cours de l’année écoulée, les applications et les projets de R&D axés sur la FA ont considérablement évolués vers le centre de gravité de l’industrie, car la technologie, par exemple dans certaines imprimantes innovantes telles que nos BigRep PRO et EDGE, offre maintenant des vitesses d’extrusion plus rapides, des systèmes de contrôle et une connectivité IoT complète.

Dans toute application industrielle, la fiabilité technique, la précision et la qualité (c’est-à-dire la performance d’itération) ainsi que les matériaux d’impression haute performance sont les facteurs clés. Tout cela, BigRep l’a déjà fait, donc je pense que nous établissons une nouvelle norme pour l’industrie.

L’impression 3D s’impose comme un élément clé de la fabrication. Cependant, dans de nombreux pays, il existe un réel besoin de définir et de faciliter les programmes académiques et de formation afin de pouvoir satisfaire le besoin d’experts dans l’industrie de l’impression 3D.

En 2019, la croissance du marché s’accélérera, l’impression 3D industrielle se généralisera dans les secteurs de l’automobile, de l’aviation et des transports. En outre, la technologie médicale, les biens de consommation, la recherche et la science sont des domaines d’application prometteurs.

Chez BigRep, nous voulons jouer un rôle de premier plan sur le marché de l’impression 3D pour la fabrication industrielle. De même, nous visons à développer davantage nos activités tout en devenant le leader de l’innovation et de la réflexion dans l’industrie de l’impression 3D.

Simon Fried, cofondateur de Nano Dimension et président du marché américain

Nano Dimension se concentre sur l’électronique imprimée 3D, qui est encore un secteur jeune. Son évolution en 2018 a été similaire à celle de la fabrication mécanique additive traditionnelle. Les entreprises qui mènent l’adoption de la fabrication additive sont les mêmes types d’industries qui font maintenant des progrès dans la fabrication additive pour l’électronique dans l’aérospatiale, la défense et les organismes de R-D. Au cours de l’année 2018, ce domaine révolutionnaire de l’impression 3D a continué à gagner du terrain, son impact se fera sentir sur les produits, les systèmes de production et les flux de conception.

En plus des matériaux, il y a aussi un besoin croissant de qualification et de normes, tant pour les matériaux que pour les procédés. A titre d’exemple, nous pourrions bénéficier de moyens de tracer les produits et d’assurer la protection de la propriété intellectuelle des fichiers, auxquels tous les acteurs sont abonnés. Cela peut impliquer le cryptage ainsi que des éléments de la blockchain. Au fur et à mesure que de plus en plus de matériaux et de procédés de fabrication additive sont approuvés pour la production, les obstacles à leur adoption continueront de s’estomper et les autorités de standardisation pourront aider les organisations à déployer ces technologies efficacement.

La participation croissante des grandes entreprises en tant qu’utilisateurs et fournisseurs de la technologie, ainsi que des systèmes offrant des débits plus élevés, signifie que nous pouvons nous attendre à ce que ces tendances continuent de s’accélérer en 2019.

Nadav Goshen, CEO de MakerBot

Nous assistons à une augmentation des budgets et à une réorientation vers la fabrication de nouveaux métaux et d’autres technologies. Alors que les entreprises continuent à mettre en œuvre des formes avancées de fabrication additive, il est essentiel pour les entreprises de développer une mentalité de fabrication additive et d’adopter l’impression 3D à une plus grande échelle.

C’est excitant parce que cela apporte de nouvelles possibilités et des gains d’efficacité à la production. Avec le lancement de Method, nous rendons l’impression 3D plus accessible à l’ensemble du personnel. En ayant Method à côté de n’importe quel ingénieur ou concepteur, nous aidons à élargir la mentalité de fabrication additive afin qu’ils puissent concevoir de meilleurs produits à l’avenir.

Gina Scala, directrice de Global Education chez Stratasys

Les STEM ne sont pas seulement un mot à la mode dans le domaine de l’éducation, c’est un élément essentiel de la façon dont nous enseignons aux élèves et dont nous planifions les programmes d’études. Cela signifie que l’impression 3D fait partie intégrante des environnements d’apprentissage dans les écoles secondaires, les environnements techniques et les collèges/universités du CTE. Avec cette technologie au cœur de notre avenir, l’atelier est maintenant un lieu d’innovation – avec des programmes de fabrication additive qui enseignent des façons novatrices d’aborder les gabarits, les montages, les outillages et les pièces d’utilisation finale.

Matériaux, matériaux, matériaux, matériaux… Au fur et à mesure qu’apparaissent de nouveaux cas d’utilisation pour l’impression 3D, les matériaux pour les soutenir d’une manière raffinée et professionnelle vont émerger. Qu’il s’agisse de couleur, de valeurs côtières, de nouveaux composites ou de biomatériaux – l’innovation fera progresser cette industrie en 2019 et au-delà. »

Lee-Bath Nelson, cofondateur et vice-président business chez LEO Lane

2018 a été une excellente année pour la fabrication additive et les possibilités industrielles se sont développées et ont attiré de grands acteurs. Cela a été plus qu’évident à Formnext qui a clôturé une année pleine d’activité et d’importance accrue accordée aux logiciels. Cette année, nous avons constaté une différence entre les entreprises qui « pensent corporate grade » déjà en phase pilote et celles qui n’en tiennent compte qu’au moment de la mise en production après des pilotes réussis. J’entends par catégorie d’entreprise des projets pilotes qui comprennent une plate-forme de protection de la PI et d’application cohérente qui fonctionne avec les politiques et les procédures existantes de l’entreprise, sans les modifier. Le passage à la production est plus facile et plus rapide si l’on tient compte dès la phase pilote des politiques de sécurité et d’entreprise qui devront être respectées.

Je pense qu’en 2019, au-delà du transport et des équipements divers, de nouveaux domaines de croissance spécifiques seront déterminés par le secteur de la logistique et un premier pas vers plus de certification de manière durable. Si un processus certifié, y compris tous ses détails, peut être sécurisé par pièce, il est plus facile de suivre et de vérifier les articles – à la fois pour assurer une production correcte et ensuite être en mesure de démontrer que cela s’est produit.

Nous vous souhaitons une année 2019 pleine d’innovations. Restez connectés !

Pour des informations exclusives sur l’impression 3D, abonnez-vous à notre newsletter et suivez-nous sur les réseaux sociaux !

Vous souhaitez-vous abonner à 3D ADEPT Mag ? Ou vous voulez figurer dans le prochain numéro de notre magazine numérique ? Envoyez-nous un email à contact@3dadept.com