Production en série : Volkswagen prévoit d’imprimer en 3D plus de 100 000 pièces par an

Cela fait plus de deux ans que Volkwagen l’a rendu clair : l’impression 3D fait partie intégrante de ses processus de fabrication. La Golf GTI First Decade – la voiture électrique -, Volkswagen Autoeuropa et la production de pièces automobiles individuelles, et même le véhicule électrique qui contient plus de 2000 pièces imprimées 3D sont quelques exemples de l’utilisation de l’impression 3D par le constructeur automobile.

La société a annoncé hier qu’elle était prête pour la production de masse et qu’elle tirerait profit du système d’impression 3D HP Metal Jet récemment dévoilé. Selon l’entreprise, selon le composant imprimé, la productivité serait cinquante fois supérieure à celle des autres méthodes d’impression 3D.

La fabrication d’un véhicule Volkswagen

Un véhicule Volkswagen est fabriqué de 6 000 à 8 000 pièces différentes. Les procédés d’impression 3D antérieurs ne peuvent cependant être utilisés que pour la production spéciale de pièces détachées ou de prototypes. La fabrication additive métallique HP Metal Jet permet la production d’un grand nombre de pièces par impression 3D pour la première fois – sans avoir à développer et fabriquer les outils correspondants. Cela réduit considérablement le temps nécessaire à la fabrication des pièces. Par conséquent, le procédé devient tout aussi intéressant pour la production de grandes quantités en peu de temps.

Dr. Martin Goede, directeur de la planification et du développement technologique chez Volkswagen, a déclaré : « la production automobile est confrontée à des défis majeurs : nos clients attendent de plus en plus d’options de personnalisation. En même temps, la complexité augmente avec le nombre de nouveaux modèles. (…) L’impression 3D joue un rôle particulièrement important dans la fabrication des pièces détachées. »

Dans ce contexte, le fabricant collaborera avec HP et GKN pour développer la technologie afin que les éléments de conception puissent d’abord être imprimés en petites séries. Les premières pièces fabriquées seront des pièces de design personnalisées telles que le lettrage du hayon, des pommeaux de levier de vitesses spéciaux ou des clés avec un lettrage personnalisé pour les clients, sans grand effort. L’objectif est d’être en mesure d’offrir ce type de proposition d’individualisation aux clients le plus rapidement possible, tout comme le fait le constructeur automobile britannique Mini.

« Un véhicule complet ne sera probablement pas fabriqué par une imprimante 3D dans un avenir proche, mais le nombre et la taille des pièces de l’imprimante 3D vont augmenter de manière significative, » explique le Dr Goede. « Notre objectif est d’intégrer le plus rapidement possible les pièces de structure imprimées dans la prochaine génération de véhicules. A long terme, nous prévoyons une augmentation continue du nombre d’unités, de la taille des pièces et des exigences techniques – jusqu’à des pièces de plus de 100 000 unités par an. »

Pour des informations exclusives sur l’impression 3D, abonnez-vous à notre newsletter et suivez-nous sur les réseaux sociaux !

Vous souhaitez-vous abonner à 3D ADEPT Mag ? Ou vous voulez figurer dans le prochain numéro de notre magazine numérique ? Envoyez-nous un email à contact@3dadept.com




Yosra K.

Passionnée de nouvelles technologies, j’ai découvert l’impression 3D à travers différentes expériences professionnelles. Consciente de l’importance de cette technologie pour les marchés d’aujourd’hui et de demain, c’est avec plaisir que je vous partage les dernières informations et analyses qui y ont trait, afin qu’à votre tour, vous puissiez en tirer profit. #Restezconnectés #3DAdept