Le matériau Kimya PEKK-A, renforcé par la résine PEKK d’Arkema, peut désormais être traité sur l’imprimante 3D 3DGence F340

3DGence a annoncé l’expansion des applications de fabrication additive pour les matériaux à base de PAEK sur son imprimante 3D industrielle F340. Le fabricant polonais ajoute le matériau Kimya PEKK-A au portefeuille de matériaux qui peut maintenant être traité sur son imprimante 3D.

Le matériau de FA Kimya PEKK-A a été lancé l’année dernière à Formnext 2018. La marque de FA du groupe ARMOR a collaboré avec Arkema pour développer ce matériau. La résine PEKK Kepstan d’Arkema a été ajoutée dans la fabrication de ce matériau.

« Kepstan ® PEKK possède une combinaison unique de résistance, de ténacité, de faible inflammabilité et de facilité de mise en œuvre qui en font le matériau idéal pour les applications les plus exigeantes. Arkema dispose d’un réseau mondial d’assistance technique et a récemment étendu sa production de Kepstan ® PEKK avec une nouvelle usine près de Mobile, AL. » déclare Roderick Reber, ingénieur du service technique, Arkema Inc.

Selon Nicolas Morand, Responsable RDI & Industrialisation du Groupe ARMOR, le matériau intègre un taux de cristallisation plus lent, ce qui conduit à des adhésions plus efficaces. De plus, il est reconnu pour sa haute résistance aux hautes températures (260°C), et sa capacité à recevoir d’autres fonctionnalités.

« L’ajout de ce nouveau profil de matériau pour l’imprimantes 3D 3DGence INDUSTRY F340 permettra aux entreprises de l’aérospatiale, de l’automobile et de nombreuses autres industries de produire des pièces complexes à partir de PEKK.  Nous sommes très heureux d’avoir pu augmenter les fonctionnalités de notre imprimante 3D industrielle avec le matériau haute performance de Kimya. Cela n’aurait pas été possible sans la collaboration de ces trois entreprises », explique Mateusz Sidorowicz, Marketing Manager de 3DGence.

Trouver la compatibilité idéale

Les supports solubles sont certainement un grand avantage pour les impressions 3D à haute résistance. Cependant, toutes les solutions ne sont malheureusement pas compatibles avec tous les matériaux techniques. La compatibilité entre le support soluble et les matériaux utilisés reste cruciale pour conserver les propriétés souhaitées de la pièce imprimée.

Utilisé avec des matériaux haute température, le matériau soluble ESM-10 permet de créer des modèles ajourés et à parois très minces, ainsi que des impressions 3D avec des vides techniques. Selon le spécialiste FDM, la combinaison de ces deux matériaux ouvre de nouvelles possibilités pour les pièces prêtes à l’emploi imprimées en 3D à base de PEKK.

Nous attendons maintenant avec impatience de découvrir les applications industrielles qui résultent de ce partenariat. Des applications qui permettront de réaliser de réelles économies en termes de coût, de temps et de fonctionnalité.

 

Pour des informations exclusives sur l’impression 3D, abonnez-vous à notre newsletter et suivez-nous sur les réseaux sociaux !

Vous souhaitez-vous abonner à 3D ADEPT Mag ? Ou vous voulez figurer dans le prochain numéro de notre magazine numérique ? Envoyez-nous un email à contact@3dadept.com




Passionnée de nouvelles technologies, j’ai découvert l’impression 3D à travers différentes expériences professionnelles. Consciente de l’importance de cette technologie pour les marchés d’aujourd’hui et de demain, c’est avec plaisir que je vous partage les dernières informations et analyses qui y ont trait, afin qu’à votre tour, vous puissiez en tirer profit. #Restezconnectés #3DAdept