Kongsberg Ferrotech, Equinor, SINTEF et Gassco vont développer un robot d’impression 3D pour la réparation et la maintenance des équipements sous-marins.

Image shows an autonomous subsea robot from Kongsberg - image: Kongsberg | French: L'image montre un robot sous-marin autonome de Kongsberg - image : Kongsberg

Le service et la maintenance basés sur une solution d’impression 3D sous-marine pourraient être assurés dès 2022.

Il se passe quelque chose d’intéressant dans le secteur de l’énergie en ce moment, car plusieurs développements sont en cours de discussion pour exploiter les ressources naturelles et relever les défis climatiques mondiaux. Le dernier projet en date a été lancé par Kongsberg Ferrotech, une société de robotique norvégienne qui conçoit et fabrique des robots sous-marins innovants pour l’industrie pétrolière et gazière.

L’entreprise a décidé de s’associer à la société énergétique Equinor, à l’institut indépendant de recherche technologique SINTEF et à la société gazière Gassco pour développer des technologies d’impression 3D pour la réparation et la maintenance des équipements sous-marins.

Soutenues par le Conseil norvégien de la recherche, les équipes de ces entreprises travailleront dans le cadre du programme PETROMAKS 2 et développeront une technologie robotique de FA métal qui reconstruira les structures métalliques endommagées – couche par couche – permettant des réparations permanentes et la mise en œuvre de nouvelles fonctionnalités là où cela est nécessaire.

Selon Kongsberg Ferrotech, le projet permettra de réparer in situ des composants sous-marins tels que des conduites et des conducteurs, ce qui prolongera considérablement la durée de vie des actifs. L’extension de la durée de vie est d’une grande importance pour le développement durable et l’utilisation optimale des ressources, tant en Norvège qu’au niveau mondial.

Le développement rapide de la technologie d’impression 3D crée de nouvelles opportunités et de nouveaux marchés pour l’avenir “, déclare Brede Lærum, responsable de l’impression 3D chez Equinor. “La combinaison de cette technologie avec les robots de Kongsberg Ferrotech ouvre de nombreuses nouvelles possibilités passionnantes pour les réparations et les modifications sous-marines. Nous nous réjouissons d’une collaboration étroite avec nos partenaires industriels.”

C’est le début d’une nouvelle aventure industrielle qui revêt une importance stratégique pour notre entreprise.  Nous voyons une grande opportunité de marché à long terme également au-delà de l’industrie pétrolière et gazière“, déclare Christopher Carlsen, CEO de Kongsberg Ferrotech.

Les robots d’inspection, de maintenance et de réparation ( Inspection, maintenance, and repair = IMR) sont essentiels à la réussite de ce projet, car ils peuvent effectuer des réparations et des modifications dans un environnement sec tout en étant complètement immergés. Jusqu’à présent, les équipes ont déjà effectué des essais en eau profonde sur la réparation du composite dans le fjord de Trondheim en Norvège.

Kongsberg Ferrotech annonce que nous pouvons nous attendre à d’autres déploiements de la technologie ainsi qu’à des applications et opérations commerciales sur le marché de l’Asie du Sud-Est au troisième trimestre 2021. « Nous prévoyons d’offrir un service et une maintenance basés sur l’impression 3D dès 2022 », Carlsen note.

Pour ceux qui l’ignorent, le marché mondial de la réparation sous-marine est très vaste. Rien qu’en Norvège, le plateau continental compte plus de 10 000 kilomètres de pipelines sous-marins et, compte tenu des arrêts de production longs, coûteux et inattendus, il existe une demande de nouvelles solutions pour la réparation des tuyaux sous-marins et l’extension de leur durée de vie. 

Il y a deux ans, lorsque GXN innovation a suggéré que des drones mobiles d’impression 3D pourraient être utilisés sous l’eau pour réparer les fissures de la terre.  L’idée a suscité beaucoup d’intérêt mais aucun retour n’a été partagé concernant ce projet. Aujourd’hui, c’est différent, il y a une feuille de route stratégique qui a été bien définie et je veux croire que son développement et sa mise en œuvre réussis pourraient perturber le marché de la maintenance et de la réparation des composants sous-marins.

N’oubliez pas que vous pouvez poster gratuitement les offres d’emploi de l’industrie de la FA sur 3D ADEPT Media ou rechercher un emploi via notre tableau d’offres d’emploi. N’hésitez pas à nous suivre sur nos réseaux sociaux et à vous inscrire à notre newsletter hebdomadaire : FacebookTwitterLinkedIn & Instagram !