iMedTech, une société basée en Afrique du Sud lance une nouvelle initiative pour les survivantes du cancer du sein. Dirigée par la fondatrice d’iMedTech, Nneile Nkholise, l’initiative vise à imprimer 3D 1000 poitrines prothétiques pour 1000 patientes atteintes de mastectomie.

The Neyne prosthetics on display. Photo via Neyne Prostheses.

Un projet en accord avec le mois de la sensibilisation du cancer du sein

Le projet de Nneile met l’accent sur la question des formes artificielles des seins, une forme de prothèses qui est intéressant à considérer quand il s’agit du traumatisme subi par un survivant du cancer du sein.

Conscient de son environnement, iMedTech tient compte de la situation à faible revenu des femmes sud-africaines ciblées. Disponible dans une gamme variée de tons de peau, la société a imprimé 3D 1000 prothèses externes pour 1000 patientes atteintes de mastectomie. Pour Nneile, l’utilisation de l’impression 3D était «moins chère et plus rapide que les méthodes anciennes

Elle révèle dans une interview l’importance de cette technologie pour atteindre son objectif: « iMedTech est née de la recherche de ma maîtrise sur l’application de la fabrication d’additifs pour la fabrication de prothèses maxillo-faciales externes. J’ai réalisé la façon dont la demande de prothèses est élevée alors que les méthodes actuelles pour les fabriquer ne peuvent pas répondre à ces exigences.”


Après Nigerian Foundries et Elephab, iMedTech est un autre exemple de l’avancement de la technologie d’impression 3D en Afrique.

 

Pour des informations exclusives sur l’impression 3D, abonnez-vous à notre newsletter et suivez-nous sur les réseaux sociaux !



Spécialiste en communication corporate et marketing à 3D Adept, Kety a un grand intérêt pour les innovations technologiques, précisément pour la portée de l’impression 3D sur différents secteurs d’activités. Afin d'en tirer profit à juste mesure, bon nombre de choses doivent encore être découvertes sur les technologies qui façonnent le monde de demain.