L’impression 3D est en plein essor, qu’est-ce que cela signifie pour les chercheurs d’emploi ?

L’état de l’art du marché de l’emploi de l’impression 3D vu par un entrepreneur en recrutement

Même si l’industrie manufacturière préconise actuellement l’automatisation à tous les niveaux, les Hommes demeurent l’actif le plus précieux des entreprises. En ce qui concerne la fabrication additive, à bien des égards, la technologie a été reconnue comme une technologie perturbatrice. Le secteur est vraiment en plein essor. Des sociétés de recherche comme Markets and Markets s’attendent à ce que le marché atteigne 32,78 milliards de dollars d’ici 2023, avec un taux de croissance annuel composé de 25,76 pour cent. Cette croissance s’accompagne d’un besoin grandissant d’investissement et de travailleurs qualifiés pour contrôler ces appareils sophistiqués. Alors, qu’est-ce que cela signifie vraiment pour les chercheurs d’emploi et pour les employeurs ?

Cette Opinion de la semaine a pour objectif de faire le point sur l’état de l’art du marché de l’emploi dans l’impression 3D. Quelles niches se dessinent actuellement dans l’industrie ? Qui sont les gens qui travaillent dans la FA ? Que peut-on attendre du marché de l’impression 3D ? Quels sont les profils demandés ?

D’autres niches de marché

Avec la maturité du marché, de nouvelles niches prennent forme, comme les services de recrutement de personnel. Plusieurs entreprises ont d’ailleurs fait de l’impression 3D leur cœur de métier : 3D Alliances, Gravity 3D, 3ecruit et Alexander Daniels Global.

En fait, pour discuter de cette question, nous avons posé quelques questions à Alexander Daniels Global. L’entreprise fait partie d’un groupe de recrutement plus important, Alexander Daniels, et travaille avec des entreprises qui sont à la pointe des technologies émergentes.

Mettons les choses au clair : Nick Pearce, fondateur et directeur d’Alexander Daniels Global, n’est ni ingénieur, ni physicien. C’est un entrepreneur en recrutement. Il ne connaissait rien de l’impression 3D jusqu’en 2015, année pendant laquelle il a lu l’histoire de Stephen Power qui avait subi un défigurement facial grave après un accident de moto. Heureusement, grâce aux progrès de la FA, des experts ont créé des moules sur lesquels les chirurgiens pouvaient pratiquer une opération pour implanter de nouveaux os de joues. La fabrication additive a été utilisée pour construire les pommettes du patient afin qu’elles s’intègrent facilement dans la structure de son visage.

Ecouter cette histoire a débouché sur une longue période de recherche pour Pearce. Pour lui, « ce que nous avons identifié sur une période de neuf mois, c’est qu’il s’agissait d’une industrie en croissance rapide, avec une croissance annuelle de plus de 30 %, mais qui avait beaucoup de défis ; la technologie elle-même était un défi, la rapidité, la répétabilité, la qualité, la disponibilité des matériaux, le coût, étaient tous des défis. Mais après neuf mois de recherches, le principal défi auquel l’industrie a dû faire face était celui des compétences. »

C’est exactement là qu’Alexander Daniels Global entre en jeu. Aujourd’hui, l’entreprise a élargi ses secteurs d’emploi à un large éventail de domaines de l’industrie. Avec des bureaux à Birmingham (Royaume-Uni), Barcelone (Espagne), Detroit (États-Unis) et Berlin (Allemagne), Alexander Daniels Global recrute dans le monde entier en soutenant des clients opérant en EMEA, APAC, LATAM et Amérique du Nord.

« Nous pensions que la fabrication additive allait changer la vie des gens. Et nous voulions en faire partie. Nous avons donc réuni autour d’une mission claire un groupe de passionnés, passionnés par la technologie. Et c’était pour permettre cette révolution, qui avait lieu dans la fabrication additive et avancée, grâce au talent », a déclaré Pearce.

Qui sont donc les personnes qui travaillent dans la FA ?

Selon Sculpteo, seulement 5% des 1300 participants à son état de l’art sur le marché, ont acquis leurs connaissances de l’impression 3D dans le cadre d’une formation formelle et près de 60% ont appris sur le tas. L’industrie souffre d’un manque de compétences.

Selon les experts, il y a un manque de travailleurs qualifiés dans 3 domaines de compétences :

  • Conception 3D et modélisation CAO

Le design est la première étape nécessaire pour transformer une idée de produit en quelque chose qui peut prendre vie. C’est la raison pour laquelle il y a de plus en plus de leçons sur la conception pour la FA. Dans l’industrie médicale, par exemple, où la technologie est de plus en plus utilisée pour sauver des vies, il est crucial que les ingénieurs et les concepteurs qui ont une formation biomédicale ou scientifique continuent d’innover et de produire des produits imprimés en 3D très avancés.

Ce manque de travailleurs qualifiés soulève inévitablement la question de l’éducation que nous n’aborderons pas dans cet article.

  • Experts en interne

Une entreprise de boissons ou une marque de chaussures peut compter sur les capacités d’une imprimante 3D en interne. Quelle que soit l’entreprise, l’un de ses employés doit nécessairement savoir quelque chose à son sujet.

  • Postes opérationnels et administratifs

La gestion d’une société de FA ne nécessite pas seulement des ingénieurs et du personnel technique.

Selon Pearce, les rôles les plus en demande, à l’échelle mondiale, sont ceux d’ingénieurs d’application, de professionnels du service après-vente et de technico-commerciaux.

« Ingénieurs d’application : L’industrie de la FA est en constante évolution, et de nouvelles technologies et applications voient le jour chaque semaine. Avec la quantité vaste et presque incompréhensible d’applications, l’industrie a commencé à réaliser qu’elle a besoin d’aider les gens à comprendre les capacités et les limites exactes des machines et des outils. Un manque de compréhension approfondie de la technologie et de ses applications, la fabrication additive ne dépassera jamais le stade de la mode. En raison de cette prise de conscience, les équipementiers se concentrent de plus en plus sur l’embauche d’ingénieurs d’application pour aider leurs clients à utiliser la technologie ou à comprendre ses capacités. Plus spécifiquement, l’expérience des applications métalliques est très recherchée.

Professionnels du service : Les entreprises exigent aussi de plus en plus de professionnels du service après-vente pour aider leurs clients à tirer pleinement parti des machines et des logiciels et à maintenir les machines en état de fonctionnement.

Ventes techniques : De plus, les entreprises intensifient leurs efforts techniques de vente et de marketing afin d’améliorer l’expérience de vente de leurs clients, en fournissant un processus basé sur des solutions. En particulier, il y a une demande croissante pour des professionnels de la vente ayant de l’expérience dans le domaine du matériel, des logiciels et des matériaux. »

La FA est exploitée dans un large éventail de secteurs (aérospatial, automobile, médical, industriel, etc.). Quel est le secteur d’activité qui recrute le plus ?

Les chercheurs d’emploi ont un large éventail de choix lorsqu’il s’agit de leur prochain défi. Le secteur de l’aérospatiale est peut-être à la mode, mais pour l’entrepreneur en recrutement, la FA est en pleine croissance dans tous les secteurs.

« Il n’y a pas un secteur qui recrute plus activement qu’un autre. L’industrie aérospatiale a certainement connu une forte croissance, car la technologie de FA a été largement utilisée dans la R&D et le développement de produits. De plus, au cours des 12 derniers mois, l’industrie automobile a vu une augmentation des applications de la technologie, qui est appliquée au niveau de la production », explique Pearce.

Regard sur Alexander Daniels Global   

Qu’est-ce que vous recevez le plus : Contrats à durée indéterminée, à durée déterminée, en free-lance ou en stage ?

Nous recevons des contrats à durée indéterminée à recruter, presque exclusivement. L’industrie est toujours en croissance et, par conséquent, bon nombre des postes que nous recrutons sont le résultat de notre croissance. Il n’y a pas vraiment de marché de contrats à durée déterminée, car il y a un manque de talents, de sorte que les candidats accepteront les emplois permanents qui leur sont proposés plutôt que l’insécurité d’un contrat à durée déterminée. Je vois cette évolution à mesure que la technologie se répandra et qu’un marché contractuel/intermédiaire se développera pour les professionnels qualifiés afin de soutenir le travail de projet et les pics de demande en compétences.

En envoyant ma demande, je me suis rendu compte que les gens peuvent communiquer avec vous pour vous demander de l’information sur le test pilote, le modèle de partenariat ou le modèle de sélection avancée. Que signifie chacune de ces demandes ?

Ce sont les différents modèles de recrutement que nous proposons. Nous nous efforçons toujours d’offrir à nos clients une solution qui répond le mieux à leurs besoins spécifiques d’embauche, de sorte que nos solutions de recrutement sont souvent sur mesure et adaptées aux besoins du client.

Nous voulons être un partenaire de talent pour les sociétés de FA et pour l’industrie, afin d’aider à stimuler la croissance de l’industrie de la FA. Notre contribution est le talent et la connaissance du marché des talents. Nous croyons sincèrement que la FA aidera à changer la vie des gens, et nous travaillons en gardant cette vision à l’esprit.

Comment voyez-vous l’avenir du marché du travail de l’impression 3D ?

L’industrie de la fabrication additive croît à un rythme incroyable, de nouveaux fabricants, de nouvelles technologies et de nouvelles applications étant introduites presque chaque semaine. Cette croissance rapide s’accompagne d’une forte demande de nouveaux employés pour rejoindre ces sociétés en pleine expansion. De plus, les entreprises existantes prennent de l’expansion et internationalisent leurs activités et ont besoin de professionnels dans les nouvelles régions où elles s’établissent.

Ce développement met à rude épreuve le marché des talents, car la base de professionnels expérimentés dans la fabrication additive est limité et croît à un rythme plus lent que la demande du marché. Pour cette raison, il y a un manque important de professionnels qualifiés disponibles dans l’industrie de la fabrication additive.

Chaque année, cette pénurie de talents s’aggrave à mesure que l’industrie dépasse de plus en plus le marché des talents. En 2018, nous avons publié le premier Livre blanc sur le marché des talents dans la fabrication additive. Ce livre blanc analyse en profondeur le marché des talents de la FA, les rôles et les compétences en demande, et compare la demande de talents avec l’offre. En 2018, nos analyses ont montré que pour chaque emploi disponible, il n’y avait que 12 professionnels de la FA dans le monde qui pouvaient potentiellement occuper cet emploi.

Nous venons tout juste de rédiger l’édition 2019 du Livre blanc sur le marché des talents, et nos analyses montrent que cet écart entre l’offre et la demande a augmenté pour atteindre un ratio de 4,5:1 (c’est-à-dire que pour un emploi, il y a environ 4 à 5 professionnels disponibles pour combler cet emploi).

L’écart entre l’offre et la demande continuera de se creuser au cours des trois à cinq prochaines années. Après cette période, les qualifications académiques qui peuvent être acquises par le biais des universités et d’autres sources de formation et de développement émergeront pour aider à combler le déficit de compétences. En fait, nous avons développé une plateforme dérivée, i-AMdigital, dans le seul but de le faire. Dans sa forme actuelle, la plateforme offre un contenu sur mesure pour engager et inspirer les talents vers une carrière dans la fabrication additive. Il offre également un marché de l’apprentissage et du perfectionnement qui organise des cours dans le monde entier afin d’offrir un accès facile aux compétences et aux connaissances dont l’industrie a vraiment besoin.

Un dernier mot à ajouter ?

 Le marché des talents pour la fabrication additive est un marché dynamique et passionnant. Les organisations qui veulent réussir et recruter les meilleurs talents ont besoin de penser stratégiquement mais d’opérer de manière entrepreneuriale. Avant tout, ce qui caractérise vraiment les talents qui réussissent dans l’industrie, c’est une passion évidente pour la technologie. Ce serait le meilleur conseil que je puisse donner à toute entreprise qui cherche à embaucher ; vous pouvez négliger les bonnes compétences d’un employé car il peut toujours être formé, mais s’il n’a pas la passion, il n’apprendra jamais et ne grandira jamais. Par conséquent, la première chose que je recherche lorsque j’embauche, et cela vaut pour ma propre société, c’est la passion.



Spécialiste en communication corporate et marketing à 3D Adept, Kety a un grand intérêt pour les innovations technologiques, précisément pour la portée de l’impression 3D sur différents secteurs d’activités. Afin d'en tirer profit à juste mesure, bon nombre de choses doivent encore être découvertes sur les technologies qui façonnent le monde de demain.