Octobre 2018 : une déclaration du CEO de Xerox, John Visentin, informe le public des projets de l'entreprise de « participer » à l'industrie de la fabrication additive. Une déclaration qui a été une sonnette d'alarme pour les sociétés de FA établies de longue date, curieuses de découvrir ce que le fabricant d'imprimantes et de photocopieurs 2D pouvait apporter à l'industrie de l'impression 3D. Sans compter que les entreprises qui ont tiré parti de leur expertise impression 2D ont pu se démarquer drastiquement dans ce marché de niche. 

Même si les activités de l'entreprise sur le marché de la FA ont été assez silencieuses pendant ces deux années, la réalité est que les véritables empreintes du fabricant américain dans la fabrication additive remontent à environ 20 ans.

« Aujourd'hui, nos têtes d'impression à jet d'encre sont utilisées par les principaux fabricants d'équipements d'impression 3D dans leurs systèmes. Nous avons également testé notre logiciel 3D avec le ministère de la défense et la NASA au cours des trois dernières années. Ce qui nous a amenés sur le marché au départ, c'est que nous avions les capacités en matière de conception d'équipements, de logiciels et de matériaux pouvant être appliqués à la 3D.  Par exemple, Xerox est très habile pour déposer du matériel - que ce soit de l'encre ou du toner - de manière précise, fiable et à l'échelle, et nous appliquons ces connaissances à nos technologies 3D », commente Kevin Lewis, notre invité dans cette série d'Opinions de la semaine

Il faut accorder du crédit à Lewis. En effet, très peu de fabricants communiquent sur le fournisseur des têtes d'impression de leurs machines lorsqu'ils lancent une nouvelle imprimante 3D. Cependant, la véracité de cette affirmation a soulevé plusieurs questions : nous n'avions aucune idée de cette implication dans la FA il y a 20 ans, alors qu'est-ce qui a changé maintenant ? Et pourquoi ?  Des questions que nous aborderons avec Kevin Lewis dans cette Opinion de la semaine.

Fort d'une expérience de 28 ans dans l'entreprise, il a acquis une vaste expérience dans plusieurs postes de direction dans les domaines de l'ingénierie, des opérations des unités commerciales, de la planification des produits, de la veille concurrentielle et de la stratégie. Il est actuellement responsable de l'impression 3D chez Xerox. Il connaît maintenant l'entreprise par cœur et est particulièrement bien placé pour discuter de cette « nouvelle vision » concernant le marché de la FA.

Une nouvelle vision pour « participer » au marché de la fabrication additive

La nouvelle stratégie de Xerox a franchi une nouvelle étape avec l'acquisition de Vader Systems, un fabricant new-yorkais d'imprimantes 3D à jet de métal liquide. L'annonce a été faite lors de la conférence Investor's Day 2019 à New York. À cette époque, ni Xerox, ni Vader Systems n'ont fourni de détails supplémentaires sur l'acquisition ou la stratégie à long terme qui sous-tendait cette acquisition.

Néanmoins, il était temps pour Xerox de faire ce geste stratégique car sa marque était depuis longtemps associée à la photocopie. De plus, l'entreprise devait changer de cap afin de retrouver une position à la pointe des entreprises technologiques.

Pour rendre tangible cette intention de retrouver une position forte parmi les entreprises technologiques, la société a fait un véritable tabac lors de Formnext 2019. Ses débuts au salon le plus important de la FA étaient difficiles à manquer étant donné la taille de son stand et le grand système de FA qui était placé au centre.

Le système d'impression 3D industriel est alors basé sur la technologie à jet de métal liquide dont le modèle commercial d'innovation a été remanié. Comme l'a expliqué Lewis : « cette technologie utilise des alliages commerciaux disponibles sur le marché, ce qui signifie que les pièces sont plus denses, plus rapides à fabriquer et moins chères que celles fabriquées avec des poudres métalliques. De plus, contrairement aux poudres métalliques, les métaux que nous utilisons sont les véritables alliages. Ce sont les mêmes alliages disponibles sur le marché que ceux utilisés dans la fabrication traditionnelle, ce qui permet aux fabricants de concevoir des pièces en utilisant des matériaux qu'ils connaissent. Avec le métal liquide, nous éliminons de nombreuses étapes de post-traitement associées aux poudres métalliques, telles que le dépoudrage, le déliantage et le frittage, qui sont des étapes rapides et coûteuses. Comme notre procédé n'utilise pas de métaux en poudre, il est beaucoup plus sûr que ceux qui en utilisent, de sorte que les fabricants n'ont pas à apporter de modifications importantes à leurs installations. »

Plus que des machines, Xerox fournit également des solutions logicielles et matérielles. Le responsable commercial de l'impression 3D a expliqué que la société américaine a l'habitude de combiner différentes expertises dans son activité d'impression. Une fois que cette approche est appliquée à la FA, cela leur donne plus de force que jamais pour fournir leurs clients :

 « La combinaison de ces éléments est à l'origine de notre force dans la 3D. Lorsque vous prenez notre technologie 3D de métal liquide, qui utilise des alliages prêts à l'emploi, et que vous la combinez avec notre logiciel 3D basé sur l'intelligence artificielle, qui permet aux fabricants de personnaliser les pièces les plus complexes, les fabricants peuvent concevoir et fabriquer des pièces qui répondent du premier coup à leurs exigences en matière de structure et de coût. Notre force est de prendre ces éléments individuels et de créer un système totalement intégré. Cela a toujours été la force de Xerox », poursuit le porte-parole de Xerox.

L'évolution de l'intelligence artificielle (IA) dans le secteur de la FA : le point de vue de Xerox

Comme Lewis a mentionné la combinaison de leur logiciel 3D basé sur l'IA avec la technologie 3D de métal liquide, nous ne pouvons nous empêcher de penser que la société fait partie des quelques entreprises qui exploitent et fournissent réellement les deux technologies.

La question de l'IA & de la FA est sur la table depuis quelques années maintenant, mais les industries sont lentes à agir. Cela peut se comprendre : La FA existe depuis des décennies et les premiers véritables changements dans les flux de production ont été observés il y a cinq ou six ans. L'utilisation d'une nouvelle technologie soulève plusieurs inquiétudes, mais la réalité montre qu'en pratique, « la FA et l'IA sont en fait une combinaison gagnante », pour reprendre les mots de notre porte-parole.

En effet, si la FA permet la fabrication de géométries complexes, l'ajout d'un logiciel piloté par l'IA permet de générer automatiquement des conceptions légères, optimisées en termes de performances, fabricables avec des formes organiques et non intuitives.

« De plus, la FA est aujourd'hui en grande partie un processus en boucle ouverte qui doit être fermé avec un contrôle de rétroaction de la part des humains pour créer des pièces de qualité. L'IA sera un énorme outil pour intégrer ce type de mécanismes de contrôle dans les imprimantes. Nous pensons que l'adoption précoce de l'IA dans le processus de conception et de production de la FA fournira un avantage concurrentiel, et que l'IA est essentielle pour exploiter le plein potentiel de la FA », a déclaré le responsable commercial de l'impression 3D chez Xerox.

Les choses avancent lentement mais sûrement. M. Lewis a observé une lente évolution vers la numérisation et l'IA dans les industries manufacturières traditionnelles. D'autre part, les productions industrielles à grande échelle utilisent de plus en plus la FA. Pour l'avenir, Xerox envisage une démographie de la main-d'œuvre manufacturière qui sera principalement composée de natifs du numérique. 

 Notes finales

Parlant de l'impression 3D/FA sur ce marché en pleine croissance, Lewis pense que « nous allons commencer à voir un intérêt pour ce qu'il appelle "l'infrastructure" de l'impression 3D ».

 « Il existe sur le marché de très bonnes technologies d'impression qui répondent aux différents besoins des clients. Pour que la 3D s'impose dans la véritable fabrication, l'industrie commencera à se concentrer sur les écrous et les boulons, comme la conception pour la FA, une meilleure intégration dans les flux de fabrication, les normes et d'autres domaines au-delà de la technologie d'impression.

Enfin, la prochaine décennie va être une période passionnante pour l'industrie de la FA et Xerox est heureux de faire partie de cette dernière révolution technologique », conclut Lewis.

Une chose est certaine : Xerox a bien préparé sa « participation » à l'industrie de la FA. Le fabricant apporte une combinaison de technologies dont la valeur est indéniable pour les industries. Comme le mentionne Lewis dans sa déclaration finale, l'accent doit maintenant être mis sur des domaines qui vont au-delà du processus d'impression. C'est exactement sur ce point qu'ils mettent l'accent et nous sommes impatients de voir les cas d'utilisation qui valideront la puissance de leurs technologies.

 

Images: Xerox - N’oubliez pas que vous pouvez poster gratuitement les offres d’emploi de l’industrie de la FA sur 3D ADEPT Media ou rechercher un emploi via notre tableau d’offres d’emploi. N’hésitez pas à nous suivre sur nos réseaux sociaux et à vous inscrire à notre newsletter hebdomadaire !