Comment mieux reconnaître la journée internationale de la femme que de commémorer celles de cette industrie en pleine croissance, plus particulièrement les femmes de l’industrie de l’impression 3D. Une telle industrie, généralement inondée d’hommes, choque certaines femmes, c’est pourquoi Nora Toure a fondé Women In 3D Printing.

Le seul but de Nora Toure est de promouvoir, soutenir et inspirer les femmes qui sont spécialisées dans l’industrie de l’impression 3D. Sa mission est littéralement « d’accroître la visibilité des femmes dans l’industrie de la fabrication additive et d’encourager plus de femmes à utiliser les technologies d’impression 3D ».

Les femmes d’un large éventail de secteurs sont invitées à partager leur expertise en affaire à travers une interview. Ces femmes partagent leur expérience dans tous les secteurs de l’industrie : logiciels, mode, art, architecture, santé, agroalimentaire, aérospatial et défense, responsabilité produit, voire industrie automobile. Michelle Du Toit, Signe Damgaard, Nina Hoff, Melissa Orme, Jenny Chen, Farah Tabibkhoei, Naomi Wu sont quelques femmes dans cette longue liste d’expertes de l’industrie, qui ont déjà pris la parole sur la plateforme.

Heureusement, pour réaliser cette mission, Nora Touré se retrouve entourée de personnes qui partagent la même vision qu’elle : Hélène André, Oury Thomas, Céline Razat et Nathalie Maillol.

Nous avons eu l’occasion de parler avec Nora Toure pour mieux comprendre comment elle perçoit l’industrie de la fabrication additive et plus particulièrement son importance pour les femmes de faire partie de ce monde.

“Women in 3D Printing” : est une plateforme en pleine croissance. L’objectif initial est-il toujours le même aujourd’hui ?

Oui, il y a beaucoup de femmes dans l’industrie de l’impression 3D mais elles ne sont pas visibles. Et il y a beaucoup de raisons pour lesquelles il y a beaucoup de femmes. L’impression 3D est une technologie qui peut être utilisée dans de nombreuses industries.

Nous avons beaucoup d’hommes et de femmes provenant de différentes industries, y compris l’impression 3D. Il y a beaucoup de gens qui n’ont pas utilisé l’impression 3D au début qui développent leur projet en l’utilisant maintenant. Cela rassemble beaucoup de gens dans cette industrie.

Le fait est que nous ne voyons pas beaucoup de femmes sur les scènes techniques, ni dans les articles techniques. Je voulais les mettre en évidence à travers cette plateforme.

En ce qui concerne les divers événements et entrevues, pensez-vous que ces femmes partagent d’une manière ou d’une autre les mêmes défis dans leur travail ?

J’ai interviewé beaucoup d’ingénieurs … et de non-ingénieurs. Les ingénieurs ont tendance à être les seules femmes sur leur lieu de travail. D’autres femmes venant d’autres industries sont « choquées » de se rendre compte qu’elles sont les seules femmes parce qu’elles ne sont pas habituées à cette situation.

Et vous, rencontrez-vous des difficultés dans la gestion de cette plateforme ?

Pas vraiment. L’un des défis est que j’étais seul sur le projet au début. Le faire en tant que travail à temps partiel en plus de mon travail à temps plein n’est pas toujours facile. J’ai maintenant la chance d’avoir une équipe de femmes extraordinaires qui m’aide avec le blog, les événements et la stratégie globale de l’organisation.

Allez-vous étendre la plateforme au-delà du blog ?

Nous avons déjà fait des choses au-delà du blog. Je suis partenaire avec Barbara Hanna pour la série d’événements #3DTALK.

Nous invitons les femmes en tant que conférencières à partager leurs connaissances sur différents sujets de l’industrie de l’impression 3D. Parfois, c’est un défi parce qu’il y a des sujets pour lesquels il est difficile de trouver des conférencières.

Image via Women In 3D Printing

Le marché de l’impression 3D

En 7 ans de carrière, remarquez-vous une évolution claire du marché de l’impression 3D ? Que pensez-vous du marché aujourd’hui ?

Quand j’ai commencé, il était principalement axé sur les consommateurs. Il s’agissait surtout de prototypage rapide et non de production réelle. De 2009 à 2012, il y a eu un gros buzz autour des imprimantes 3D qui a conduit à d’autres cibles. Cela crée un changement dans le nombre de ventes d’imprimantes 3D puisque les consommateurs l’utilisent eux-mêmes mais aussi dans d’autres industries.

Vous êtes une femme multi-tâches. Faut-il s’attendre à une autre réalisation dans un autre domaine de l’impression 3D ?

Je me sens chanceuse d’être approchée par différentes organisations, dont 3D Heals, et 3DAfrica, qui me font confiance pour être leur conseiller. Je me concentre maintenant sur Sculpteo, les femmes dans l’impression 3D, 3D Heals et 3DAfrica.

Pour des informations exclusives sur l’impression 3D, suivez-nous sur les réseaux sociaux et abonnez-vous à notre newsletter !

About the author

Être capable de communiquer à travers différentes plateformes sociales a toujours été une de mes passions, et le faire pour une industrie en constante évolution est très excitant. C'est avec beaucoup de plaisir que j'informe le monde sur les différentes choses que l'impression 3D peut offrir, et que je partage mon point de vue sur ces innovations.

Related

%d blogueurs aiment cette page :