Axial3D a participé au dossier du numéro d’avril de 3D Adept Mag, notre magazine dédié à l’industrie de l’impression 3D. Découvrez l’interview complète dans cette Opinion de la Semaine.

 Axial3D est une société spécialisée dans l’impression 3D pour les applications médicales. La société a été fondée il y a un peu plus de deux ans et demi. Nous étions principalement une entreprise mise en place pour desservir le centre de santé avec des modèles de pré-planification. Ainsi, nous nous spécialisons dans la prise de tomodensitogrammes bidimensionnels, l’IRM ou encore la conversion en fichiers 3D et l’impression 3D pour aider les médecins.

Nous aidons à préplanifier une opération en préparant tout équipement dont un chirurgien va avoir besoin avant d’aller en chirurgie. Cela permet de gagner du temps en chirurgie et donc d’approuver les soins aux patients, c’est-à-dire des saignements ou des risques d’infection… Au cours de la dernière année, nous avons commencé à développer des logiciels pour que les chirurgiens puissent commencer à le faire eux-mêmes.

Nous constatons que le coût d’utilisation de l’impression 3D a baissé au fil des ans et que les hôpitaux commencent à adopter et à accueillir la technologie. Le seul problème est que le processus qui consiste à prendre des images 2D et à créer des modèles 3D est encore assez décousue des applications. Nous pensons que l’impression 3D va être conservée et que la seule façon de la conserver est de rendre le processus de transformation d’une image médicale en un fichier imprimable en 3D aussi facile que possible ou le plus automatiquement possible.

Quelles sont les principales applications médicales dans lesquelles vous utilisez la technologie d’impression 3D ?

Ainsi, la majorité des applications s’observe dans les domaines de l’orthopédie, précisément avec des traumatismes et des malformations congénitales en pédiatrie bien que nous ayons vu une augmentation des modèles spécifiquement pour les applications cardiaques et oncologiques, en particulier pour les tumeurs du foie et des reins.

Comment l’utilisation de l’impression 3D améliore-t-elle les soins aux patients ?

Il y a trois façons principales d’améliorer les soins aux patients.

Tout d’abord, améliorer la pré-planification de la chirurgie du patient. Donc, pour les orthopédistes, disons que vous avez une blessure grave, le chirurgien peut effectivement prendre des plaques et des vis existantes sur les étagères et les pré-bandes. Tout ce que nous préparons est à l’échelle 1: 1 (1 à 1).

La préparation s’effectue sur l’anatomie exacte qu’il faut opérer, ce qui va réduire le temps d’opération du patient, et de fait la quantité de saignement ainsi que le risque d’infection du patient.

Cela améliore également la façon dont beaucoup de chirurgiens peuvent être formés. Ainsi, les chirurgiens inscrits qui travaillent habituellement sur des patients ou qui développent leurs compétences ne peuvent faire ce genre d’opérations que dans la salle d’opération, mais si nous leur donnons la possibilité de faire fonctionner les procédures à sec avant d’entrer en salle d’opération, cela améliore les soins du patient.

Pourriez-vous nous parler d’un cas particulier où vous avez utilisé la technologie 3D pour traiter un patient ?

Nous avons eu un cas il y a environ 18 mois à l’hôpital Royal Victoria de Belfast. C’était un patient pédiatrique, un garçon de 8 ans, et il a été présenté au chirurgien avec l’incapacité de bouger son bras… Et cela affectait sa capacité à écrire, à faire du sport et à mener ses activités quotidiennes. Donc, la façon traditionnelle de traiter ce type de blessure aurait été de commencer le traitement par le radius et le cubitus. Typiquement, cela peut prendre entre 3-4 heures. Lorsque nous avons pris les tomodensitogrammes et les modèles imprimés 3D pour le chirurgien, ils ont pu voir que ce n’était pas vraiment la déformation qui posait problème, c’était une difformité des tissus mous qui causait le problème. Il fallait exécuter « une chirurgie en trou de serrure » – Les médecins été capables de faire en 30 minutes ce qu’ils auraient dû faire en une chirurgie de 4 heures.

Il y avait beaucoup moins de saignements, beaucoup moins de chance d’infection et j’ai aussi entendu que le patient pouvait quitter l’hôpital le même jour ce qui n’aurait pas été possible sans l’utilisation du modèle imprimé en 3D.

Quelles sont les limites de cette technologie dans l’industrie médicale ?

Les limites de la technologie sont probablement le temps qu’il faut pour produire réellement l’un des modèles imprimés en 3D. D’après notre expérience…au NHS et au HSC en Irlande, c’est toujours une technologie que beaucoup de gens ne connaissent pas et beaucoup de gens n’ont pas la ressource pour apprendre comment produire un modèle 3D. Ainsi, ce qui empêche cette technologie d’être adoptée massivement, c’est le processus de segmentation.

Il y a pourtant une grande opportunité à saisir sur le marché : essayer de créer des moyens automatiques afin que les chirurgiens puissent les utiliser pour n’importe quelle procédure.  

Quels sont les points à améliorer ?

Donc, deux autres améliorations principales peuvent être faites, indépendamment de la vitesse de la segmentation, du point de vue médical : la vitesse de la technologie d’impression, si le modèle 3D peut être créé et modélisé différemment. Et les matériaux : on doit avoir la possibilité d’obtenir un plus grand nombre de matériaux.

Votre dernier mot ?

Je pense que ce qui empêche la technologie d’être adoptée sur la masse, c’est la disponibilité du logiciel et la facilité d’utilisation du logiciel et je pense que c’est là qu’Axial 3D se différencie vraiment du marché.

 

Pour des informations exclusives sur l’impression 3D, abonnez-vous à notre newsletter et suivez-nous sur les réseaux sociaux !

Voulez-vous figurer dans le prochain numéro de notre magazine numérique ? Envoyez-nous un email à contact@3dadept.com 

About the author

Related

%d blogueurs aiment cette page :