Heineken imprime en 3D une variété de pièces afin d’optimiser la confection des bières et les conditions de travail

La première fois que nous avons entendu un producteur de bière utiliser l’impression 3D, c’était pour fabriquer un robinet pour la bière à pression. Aujourd’hui, Heineken propose une application de la technologie avec une variété d’outils.

C’est la filiale d’Espagne qui a intégré la fabrication additive dans sa production il y a un an. Elle a commencé à utiliser l’imprimante Ultimaker 2+ puis plusieurs imprimantes Ultimaker S5.

Basée à Séville, l’usine produit plusieurs marques de bières appartenant au groupe Heineken, ce qui représente environ 500 millions de litres de bières par an.

La technologie d’impression 3D a initialement été utilisée pour des applications relatives à la sécurité. Afin de réduire ses coûts de production et de gagner en temps, le spécialiste de la bière conçoit et impriment des dispositifs de sécurité, des outils et des pièces à la demande.

En effet, pour accroître la sécurité des opérateurs, des outils 3D intelligents ont été conçu pour prévenir des accidents. De même, afin d’éviter que les machines tombent en panne ou subissent des dysfonctionnements, la société repose maintenant sur des outils qui facilitent la maintenance ou le contrôle de la qualité des produits ou des machines. Enfin, une pièce métallique autrefois utilisée avec le capteur de qualité sur le tapis roulant renversait souvent des bouteilles, créant ainsi des blocages ou faisant tomber des bouteilles sur le sol. En repensant le design, les opérateurs ont été à mesure de travailler aisément avec une nouvelle pièce.

Plus besoin de prestataires extérieurs pour la production de ces outils. Heineken réussit ainsi à réduire ses coûts de 80%.

 « Bien que nous ayons adopté la fabrication additive depuis peu, nous avons déjà constaté une réduction de 70 à 90 % de nos coûts de production et de temps de fabrication », déclare Isabelle Haenen, Global Supply Chain Procurement chez Heineken.  « Grâce à l’internalisation de la création de certaines pièces, nos outils de production sont plus efficaces, plus robustes et donc plus rentables.  Actuellement, nous utilisons l’impression 3D pour optimiser la chaine de fabrication, créer des outils de maintenance et de contrôle de la qualité ainsi que pour réaliser des outils spécifiques pour nos machines afin de renforcer la sécurité de notre personnel. Mais ceci n’est que le début des futurs cas d’application de la technologie au sein de l’entreprise », conclut-elle.

Il est maintenant possible de poster gratuitement des opportunités d’emplois dans l’industrie de la Fabrication Additive sur 3D ADEPT Media.

Pour des informations exclusives sur l’impression 3D, abonnez-vous à notre newsletter et suivez-nous sur les réseaux sociaux !

Vous souhaitez-vous abonner à 3D ADEPT Mag ? Ou vous voulez figurer dans le prochain numéro de notre magazine numérique ? Envoyez-nous un email à contact@3dadept.com

Yosra K.

Passionnée de nouvelles technologies, j’ai découvert l’impression 3D à travers différentes expériences professionnelles. Consciente de l’importance de cette technologie pour les marchés d’aujourd’hui et de demain, c’est avec plaisir que je vous partage les dernières informations et analyses qui y ont trait, afin qu’à votre tour, vous puissiez en tirer profit. #Restezconnectés #3DAdept

%d blogueurs aiment cette page :