Willem-Jan van Loon – Image via Tharawat Magazine

Le mois dernier, nous avons parlé à Willem-Jan van Loon, fondateur de Beamler, une start-up basée à Amsterdam qui fournit à l’industrie un service de logiciel d’impression 3D. Le but de cet entretien était d’obtenir le point de vue de Willem-Jan van Loon sur l’utilisation de Blockchain dans la fabrication additive. En effet, van Loon nous a expliqué que Beamler et Erecoin, une société allemande, vont développer la technologie de blokchain pour la FA.

Cependant, au fur et à mesure que l’entretien se déroulait, nous avons réalisé qu’il n’aurait pas été possible de parler uniquement de Beamler en faisant référence à Blockchain. Découvrez pourquoi dans cette Opinion de la semaine.

Quelques mots sur Beamler

Quelques clics sur Google ont montré que l’entreprise a été fondée en 2016, a atteint son premier tour de financement en 2017 et a lancé son application en 2017. Très jeune, Beamler a fait l’acquisition d’une autre entreprise, Printr, une start-up qui fournit un système ERP pour les imprimantes 3D de bureau. Ensemble, les deux entreprises partagent une vision commune : améliorer leur produit et permettre l’accélération de la FA.

Comment décririez-vous vos services ?

« Nous aidons les entreprises de l’industrie à répondre à deux questions : que puis-je imprimer ? et où puis-je imprimer une pièce ?

Pour répondre à la première question, les entreprises doivent savoir comment intégrer l’impression 3D dans leurs activités. Notre rôle est alors de les aider à identifier les analyses de rentabilisation qui peuvent intégrer la FA.

La deuxième question nous permet de voir le potentiel de cette technologie au niveau mondial. C’est pourquoi nous avons développé une chaîne AMA (Additive Manufacturing adoption chain), une solution qui permet aux ingénieurs d’accéder à une large gamme d’imprimantes 3D en même temps depuis n’importe quel ordinateur via le cloud.

Aujourd’hui, nous disposons d’une large base de données d’imprimantes 3D dans 43 pays qui permettent aux gens de bénéficier de l’impression 3D à la demande.

Comment cela se passe au niveau des opérateurs de FA ?

Willem-Jan van Loon a expliqué que les opérateurs de FA rencontrent des difficultés en raison d’un manque d’informations précises. Ils leur fournissent donc des données utiles et les connectent à un réseau mondial d’imprimantes 3D industrielles, ce qui leur permet de lancer leurs produits à un rythme rapide.

Une telle solution pourrait être considérée comme une application de Business Intelligence puisqu’elle permet essentiellement aux professionnels de prendre des décisions clés basées sur les retours d’expérience.

Selon vous, comment la blockchain peut-elle être utilisée dans la fabrication additive ?

« À mon avis, la blockchain n’est pas encore mature. La technologie de Blockchain se trouve dans la même situation que l’impression 3D était il y a quelques années. En termes simples, le principal avantage de cette technologie est de stocker les données sur plusieurs blocs. Ces bases de données de la blockchain nécessitent un logiciel plus technique. Ils sont transparents, et ne peuvent être ni modifiés, ni supprimés. »

Pouvez-vous nous en dire plus sur votre projet avec Erecoin ?

Il est à noter qu’Erecoin est une start-up spécialisée dans l’intégration de la blockchain dans la fabrication additive. L’entreprise a débuté son projet au sein de la société CAE-lab Gmbh de Konstantin Steinmüller dans le but de surmonter les défis posés par la validation, la confiance et la sécurité, qui ont de plus en plus le vent en poupe dans l’industrie.

« Notre objectif est d’éliminer les incertitudes dans la chaîne de production de FA. Nous explorons donc les possibilités offertes par Blockchain à cette fin. »

Comment voyez-vous l’avenir de la chaîne de blocs pour l’industrie AM ?

« Les experts continueront d’explorer les possibilités de la blockchain et l’industrie serait en mesure de savoir comment stocker les données, comment revendiquer des partenariats sur les pièces, comment partager les informations sur les actifs numériques et quels sont ces actifs, et enfin le logiciel idéal pour cette technologie. Cependant, il reste encore un long chemin à parcourir et l’avenir est incertain. »

On peut encore dire quelques mots sur la blockchain et la FA. Restez connectés, une analyse complète sur ces deux technologies sera publiée dans le numéro de juin de 3D ADEPT Mag.

Il est maintenant possible de poster gratuitement des opportunités d’emplois dans l’industrie de la Fabrication Additive sur 3D ADEPT Media.

Pour des informations exclusives sur l’impression 3D, abonnez-vous à notre newsletter et suivez-nous sur les réseaux sociaux !

Vous souhaitez-vous abonner à 3D ADEPT Mag ? Ou vous voulez figurer dans le prochain numéro de notre magazine numérique ? Envoyez-nous un email à contact@3dadept.com