Lumafield lève $35M et dévoile les mises à jour de son scanner CT de bureau

Le scanner est une solution essentielle pour vérifier les pièces imprimées en 3D. Cette technologie permet d’examiner l’intérieur d’un article fabriqué de manière additive afin de déterminer ses imperfections. De telles solutions deviennent d’une importance capitale lorsque l’on a affaire à des pièces imprimées en 3D qui présentent une complexité interne ou qui sont soumises à des contraintes internes.

Malgré leurs avantages, leur adoption reste entravée dans l’industrie de la fabrication additive en raison d’un manque de connaissances et de leur coût élevé ; un problème que la start-up Lumafield entend résoudre avec son scanner Neptune. Si vous êtes un lecteur régulier de 3D ADEPT Media, vous avez peut-être entendu parler des capacités de la société à travers ce partenariat avec Desktop Metal.

Avec un financement récent de 35 millions de dollars de série B, Lumafield a l’ambition de fournir aux ingénieurs un accès inégalé à ses produits. L’entreprise affirme que le temps de numérisation de son scanner de bureau est désormais 300 fois plus rapide. Cela signifie que certains scans qui ¨duraient plusieurs heures peuvent désormais s’exécuter en une minute ou moins » ; une amélioration qui pourrait favoriser l’adoption de la technologie au niveau industriel.

« Le monde de la fabrication est en train de changer radicalement. Les fabricants sont confrontés à un marché de plus en plus concurrentiel, à des changements radicaux dans les chaînes d’approvisionnement et à des attentes toujours plus élevées de la part des clients. Mon expérience à la tête de Protolabs m’a permis de comprendre l’impact positif que la technologie peut avoir sur la fabrication. Lumafield offre une technologie, une équipe et une perspective qui promettent de remodeler la façon dont les produits sont fabriqués. Je suis très enthousiaste à l’idée de travailler avec Lumafield pour réaliser sa vision« , a déclaré Victoria Holt, membre du conseil d’administration de Lumafield et ancienne PDG de Protolabs.

Au cœur des capacités du CT Scanning, on trouve un logiciel Voyager alimenté par l’IA. Selon l’entreprise, il faudrait moins de radiographies pour obtenir les mêmes résultats que les autres scanners – sans compter que l’IA permet également d’utiliser moins de données pour obtenir des modèles 3D de haute qualité, ce qui permet de gagner du temps et de l’argent.

Le produit fonctionne en capturant une série d’images à rayons X sur le scanner Neptune, qui sont introduites dans le logiciel Voyager. Le logiciel crée ensuite une reconstruction 3D très détaillée montrant la composition externe et interne du produit.

Les produits sont disponibles à un prix de départ de 3 000 dollars par mois.

N’oubliez pas que vous pouvez poster gratuitement les offres d’emploi de l’industrie de la FA sur 3D ADEPT Media ou rechercher un emploi via notre tableau d’offres d’emploi. N’hésitez pas à nous suivre sur nos réseaux sociaux et à vous inscrire à notre newsletter hebdomadaire : FacebookTwitterLinkedIn & Instagram ! Si vous avez une innovation à partager pour le prochain numéro de notre magazine numérique ou si vous avez un article à faire connaître, n’hésitez pas à nous envoyer un email à contact@3dadept.com.