Jusqu’aujourd’hui, nous avons vu une large gamme d’applications d’impression 3D dans diverses industries en dehors du sport. Une équipe de recherche de l’Université de Wollongongong (UOW) a remédié à cette situation. Ils ont récemment combiné leur amour pour le surf avec la fabrication additive.

Dans le cadre d’un programme de challenge international, les surfeurs/chercheurs ont décidé de comparer des formes de palmes imprimées en 3D avec des palmes conventionnels.  Ils ont testé de nouvelles formes de planches de surf imprimées en 3D produites à l’usine de fabrication nationale australienne à l’UOW.

L’impression 3D pourrait-elle révolutionner le sport du surf ?

Le débutant ne remarquerait aucune différence entre les palmes de surf imprimées en 3D et les palmes de surf conventionnelles. Cependant, selon le professeur Marc in het Panhuis, spécialiste de l’impression 3D, la différence réside dans la conduite.

L’expert a expliqué que deux choses sont nécessaires pour surfer sur les vagues : la houle océanique et la planche (équipée de palmes). Les planches de surf offrent un large éventail de possibilités en termes de tailles et de formes, mais ces possibilités ne sont pas les mêmes lorsqu’il s’agit d’ailerons de surf. « Assis dans un bureau avec des planches de surf appuyées contre un bureau et des affiches de surf qui ornent les murs, le professeur in het Panhuis brandit fièrement une palme imprimée en 3D et indique les différentes sections. « Vous devez tenir compte de la base de la palme, de la profondeur, du râteau (ou du balayage), du fleuret, de l’inclinaison, de l’orteil et de la flexion. Sans oublier le nombre de palmes et leur positionnement sur une planche de surf. »

L’équipe de recherche a donc utilisé un logiciel de CAO pour créer ces palmes. Par la suite, ils ont utilisé la dynamique computationnelle des fluides pour voir comment celles-ci étaient susceptibles de se comporter dans l’eau. Ils ont finalement choisi les matériaux les plus appropriés pour imprimer le prototype en 3D.

Le test

Maintenant vient la partie la plus difficile du projet. Une vague de brise-gauche bien connue, appelée Macaronis, était l’idéal pour tester la nouvelle planche de surf imprimée en 3D.

Ils ont attrapé plusieurs vagues avec les différentes planches de surf et ont effectué autant de virages que possible.   Un des participants au test, Dylan Perese « a produit des planches de surf standards qui étaient toutes de la même forme, ce qui était vital pour les tests d’ailerons ».

Pour le professeur in het Panhuis, ce projet a démontré la capacité de renforcer l’avantage concurrentiel de l’Australie dans certaines industries manufacturières de niche. « Nous avons montré que nous pouvons combiner la science et le surf, et que nous pouvons utiliser l’impression 3D pour produire des prototypes de palmes uniques sur lesquels les surfeurs adorent surfer. »

Pour des informations exclusives sur l’impression 3D, abonnez-vous à notre newsletter et suivez-nous sur les réseaux sociaux !

Vous souhaitez-vous abonner à 3D ADEPT Mag ? Ou vous voulez figurer dans le prochain numéro de notre magazine numérique ? Envoyez-nous un email à contact@3dadept.com




Passionnée de nouvelles technologies, j’ai découvert l’impression 3D à travers différentes expériences professionnelles. Consciente de l’importance de cette technologie pour les marchés d’aujourd’hui et de demain, c’est avec plaisir que je vous partage les dernières informations et analyses qui y ont trait, afin qu’à votre tour, vous puissiez en tirer profit. #Restezconnectés #3DAdept