Enquête : Certaines imprimantes 3D de bureau génèrent des particules qui peuvent poser des problèmes de santé

Des chercheurs d’UL Chemical Safety et du Georgia Institute of Technology (Georgia Tech) ont découvert que certaines imprimantes 3D de bureau libèrent des particules qui peuvent causer des problèmes de santé.

La recherche est le résultat d’une enquête de deux ans visant à explorer les impacts des imprimantes 3D de bureau sur la qualité de l’air intérieur. La recherche a été publiée dans deux articles de la revue Aerosol Science Technology.

Les chercheurs ont mesuré les concentrations de particules et les distributions granulométriques entre 7 nm et 25 μm émises par des imprimantes 3D dans différentes conditions dans une chambre d’essai d’émission.

Les résultats démontrent que plus de 200 composés organiques volatils (COV) différents – qui pourraient être irritants et cancérigènes – sont libérés pendant le processus de fabrication.

Selon le chercheur Rodney Weber, ces imprimantes ont tendance à produire des particules très petites, surtout au début du processus d’impression, et dans un environnement sans ventilation adéquate, elles pourraient réduire considérablement la qualité de l’air intérieur.

Les particules émises par masse de filament consommée (rendement particulaire) variaient considérablement en raison de facteurs tels que la marque de l’imprimante, le type et la marque du filament. Plus les températures des extrudeuses sont élevées, plus les émissions sont importantes.

Même s’ils n’ont pas fourni d’autres renseignements à ce sujet, les chercheurs croient que la température de la buse, le type de filament et la couleur, ainsi que le type d’imprimante peuvent avoir un impact sur les niveaux d’émission.

« Nous avons constaté que l’un des facteurs primordiaux est la température du filament» dit Weber. « Si vous utilisez un filament qui nécessite une température plus élevée pour fondre, comme le plastique ABS, vous produisez plus de particules que les filaments en plastique PLA, qui nécessitent une température plus basse. »

« Suite à notre série d’études – la plus vaste à ce jour sur les émissions des imprimantes 3D – nous recommandons des investissements supplémentaires dans la recherche scientifique et l’avancement des produits pour minimiser les émissions, et une sensibilisation accrue des utilisateurs afin que des mesures de sécurité puissent être prises », a déclaré Marilyn Black, vice-présidente et conseiller technique principal chez UL.

Pour des informations exclusives sur l’impression 3D, abonnez-vous à notre newsletter et suivez-nous sur les réseaux sociaux !

Vous souhaitez-vous abonner à 3D ADEPT Mag ? Ou vous voulez figurer dans le prochain numéro de notre magazine numérique ? Envoyez-nous un email à contact@3dadept