Des structures imprimées en 3D et végétalisables pour mieux déployer la 5G ?

Une démarche qui « s’inscrit dans une volonté de participer à l’essor des Smart Cities de demain qui devront allier les enjeux de ville vivable durable. »

Ce n’est plus si difficile de concevoir comment l’impression 3D peut aider à mieux développer les réseaux de télécommunication. Nokia nous a donné un aperçu avec son concept d’usine mobile, Nano Dimension aussi, maintes fois déjà avec son électronique imprimée 3D. Aujourd’hui, une jeune start-up, Art & Fact Innovation, nous parle de structures imprimées 3D et végétalisables : pourquoi et comment ?

Tout d’abord, dans la télécommunication, les professionnels pensent aussi à améliorer les procédés traditionnels. Dans ce type de procédés, on retrouve des édifices métalliques, de forme monotube ou en treillis, qui mettent en évidence les antennes et les câbles, ce qui rend difficile leur implantation au sein des territoires.

Art & Fact Innovation qui se spécialise dans les solutions d’infrastructures de télécommunication, s’est focalisée sur la France pour développer sa solution.

Dans le pays de Molière, on compte environ 81.000 pylônes, selon la Fédération française des télécoms (FFT). Si leur nombre croît au fil du temps, il devient compliqué de convaincre les propriétaires terriens d’accueillir des pylônes ; mais aussi les administrations, collectivités et services d’urbanisme d’apporter un avis favorable à une demande de permis de construire.

La solution d’Art & Fact Innovation

Tout en participant à la mise en œuvre du Plan France Très Haut Débit, nos experts contribueraient au déploiement de la 5G et à l’essor des Smart Cities de demain.

Ils proposent aujourd’hui des structures plus esthétiques et écoresponsables qui permettraient aux usagers d’améliorer la qualité des services urbains, tout en en réduisant les coûts.

Imprimées en 3D par XtreeE, ces mâts télécoms mesurent 12 à 20 mètres, et s’adapte aussi bien aux paysages urbains que ruraux. XtreeE a utilisé le béton « bas carbone » pour imprimer. Celui-ci permet de réduire les émissions de gaz à effet de serre, de végétaliser les structures ou encore d’y apporter des solutions de « Smart City » (éclairage, caméras de surveillance, wifi, capteur de qualité de l’air, point de fraicheur, etc.).

En matière de connectivité, l’ensemble des antennes et équipements associés prennent en charge une vaste gamme de standards (2G/3G/4G/5G, Wi-Fi) et sont dissimulés à l’intérieur des modules supérieurs. Enfin, la maintenance des structures est facilitée par l’intégration d’une puce RFID qui garantit un accès immédiat aux données, informations et à la documentation relatives à la structure.

« Notre démarche s’inscrit dans une volonté de participer à l’essor des Smart Cities de demain qui devront allier les enjeux de ville vivable durable et équitable et devront offrir des espaces de communication pour leur permettre d’être mobiles et connectées », indique Denis Wehrlé, PDG d’Art & Fact Innovation.