Comment l’impression 3D aide à mieux traiter les maladies cardiaques congénitales (CHD) …

Michael Davis

9 bébés sur 1000 souffrent de cardiopathie congénitale à leur naissance. C’est l’une des principales causes de décès chez les bébés. Afin de résoudre ce problème, des chercheurs du Département de génie biomédical de Georgia Tech et de l’Université Emory, sous la supervision de Michael Davis, directeur du Centre de recherche et de résultats sur le cœur chez les enfants, ont mis au point une solution qui pourrait sauver des vies.

Les chercheurs ont commencé à appliquer l’impression tissulaire à base de cellules souches et l’impression 3D de tissus aux malformations cardiaques pédiatriques. Cette recherche a été effectuée sur des patients souffrant de problèmes congénitaux tels que le syndrome hypoplasique du coeur gauche (HLHS) et la cardiomyopathie ventriculaire gauche, plus nombreux que les autres types de patients.

 Comment l’impression 3D a-t-elle été utilisée ?

L’impression 3D permet de créer des valves, des feuillets et des patchs. Aline Nachlas, candidate au doctorat en ingénierie biomédicale de quatrième année, a découvert un matériau capable de supporter l’impression de ce type de cellules.

En ce qui concerne les valves, les cellules cutanées du patient sont utilisées pour les créer afin de minimiser le risque de rejet. De plus, ce type de procédure permet à la valve de continuer à croître avec le patient et ne nécessite aucun remplacement. Davis a expliqué que : « Actuellement, les enfants subissent des remplacements de valvules, qui sont parfois trop gros, et ils ne grandissent pas avec l’enfant. Cela implique un plus grand nombre de chirurgies pour remplacer la valve, ainsi que de fortes doses d’immunosuppresseurs. Nous voulons créer une valve vivante qui grandit avec l’enfant. »

D’un autre côté, le directeur aimerait utiliser un patch imprimable intégrant des cellules souches, qui garderaient celles-ci en un seul endroit afin qu’elles puissent réparer les tissus environnants. Une matrice de matériel de porc décellularisée sera utilisée pour imprimer l’échafaudage.

« Très peu de gens essayent de guérir avec des patchs imprimés en 3D », a déclaré Davis. « Mon laboratoire est à la pointe de cette recherche. Nous essayons de faire une contribution positive d’une manière sensible. »

Le bon point est que l’impression 3D avec des tissus humains devient de plus en plus une bonne option pour les chercheurs, qui prédisent de meilleurs résultats que l’utilisation des tissus des animaux. La même chose est observée sur les cosmétiques où les tests sont effectués sur une peau imprimée en 3D plutôt que sur des animaux.

Pour des informations exclusives sur l’impression 3D, abonnez-vous à notre newsletter et suivez-nous sur les réseaux sociaux !

Voulez-vous figurer dans le prochain numéro de notre magazine numérique ? Envoyez-nous un email à contact@3dadept.com 




Yosra K.

Passionnée de nouvelles technologies, j’ai découvert l’impression 3D à travers différentes expériences professionnelles. Consciente de l’importance de cette technologie pour les marchés d’aujourd’hui et de demain, c’est avec plaisir que je vous partage les dernières informations et analyses qui y ont trait, afin qu’à votre tour, vous puissiez en tirer profit. #Restezconnectés #3DAdept

%d blogueurs aiment cette page :