Les tests de cosmétiques sur une peau chinoise imprimée 3D remplaceront les tests sur les animaux

L‘Institut de recherche sur la technologie industrielle (ITRI) a utilisé l’impression 3D pour créer EPITRI, une peau chinoise synthétique. Cette dernière pourrait être utilisée pour tester les cosmétiques, les médicaments ainsi que les équipements médicaux.

La vérité est que depuis 2016, Taïwan recherche d’autres moyens de tester leurs produits ailleurs que les animaux. La peau synthétique imprimée 3D est une solution qui répond le mieux aux besoins des entreprises de cosmétiques.

En outre, les tests sur la peau humaine restent la meilleure indication de la façon dont un produit pourrait affecter la peau de l’utilisateur final. En outre, les tests sur la peau synthétique pourraient permettre aux entreprises d’éviter les risques (financiers et procès en cas de faute) sur l’être humain.

La création d’EPITRI

EPITRI est un tissu épidermique artificiel stable et de haute qualité. Les chercheurs d’ITRI ont utilisé le tissu épidermique correct et effectué la différenciation entre les couches telles que le basal, la colonne vertébrale, la granule et la cuticule.

La peau imprimée 3D est presque aussi réelle que la peau normale. Cela inclut sa fonction de barrière et sa composition lipidique.

Une technologie d’impression 3D de haute précision (avec trois têtes d’impression) qui peut imprimer des peaux bioniques à une température de seulement 4 ° C a été utilisée. Cependant, la température de l’imprimante doit toujours être contrôlée afin de maintenir les cellules en vie.

Li Chang Zhou, ingénieur chez ITRI, a expliqué que c’est la première fois qu’un tel projet se déroule à l’institut. Ils poursuivront la recherche en génie tissulaire et en médecine régénératrice.