APWORKS est le premier client d’Additive Industries. Depuis trois ans, l’entreprise munichoise teste le système MetalFAB 1 Beta et a largement découvert comment s’approprier la FA métallique.

Pour rappel, APWORKS est une filiale d’AEROTEC et fait partie d’AIRBUS. L’unité de Taufkirchen se concentre principalement sur le développement et la production d’applications complexes et avancées pour la fabrication additive métallique dans des industries non réglementées comme l’automobile, la robotique ou l’outillage, ainsi que sur le développement de nouveaux matériaux et logiciels.

L’entreprise s’est faite davantage connaître avec le projet 3i-Print qui a impliqué plusieurs acteurs clés de l’industrie et qui a été officiellement dévoilé à Formnext 2017.

La collaboration avec Additive Industries

Aujourd’hui, APWORKS est prête à lancer la prochaine phase de la fabrication additive industrielle d’un projet. Amples informations sur ledit projet n’ont pas été données mais nous savons qu’il concerne la certification et la production en série de pièces aérospatiales.

Cette prochaine phase se déroulera dans le nouveau centre de développement de processus et d’applications d’Additive Industries sur le campus aérospatial de Filton, près de Bristol. Pour ceux qui ne le savent pas, Additive Industries s’est associé à GKN Aerospace pour l’ouverture d’un centre global technologique à Bristol.

Joachim Zettler, CEO d’APWORKS, explique : « Nous pensons que la fabrication additive métallique continuera à évoluer vers une technologie de fabrication mature et qu’elle pourra concurrencer les procédés conventionnels tels que la fonderie, l’usinage et la métallurgie des poudres. Dans les années à venir, nous nous attendons à une croissance continue et rapide de ce marché et, en particulier dans l’industrie aérospatiale, les nouveaux avions et moteurs d’avion contiendront un nombre important de pièces qui seront fabriquées en plus. »

Son collègue, Andreas Nick (CTO) a ajouté : « Au Royaume-Uni, nos collègues dirigés par notre chef de produit Jonathan Meyer travailleront en étroite collaboration avec l’équipe de développement des procédés et des applications d’Additive Industries dirigée par Mark Beard, leur directeur global du développement des procédés et des applications sur la qualification et la certification des pièces aérospatiales en alliages à base de nickel comme Inconel 718 », conclut Daan Kersten, CEO d’Additive Industries.




Pour des informations exclusives sur l’impression 3D, abonnez-vous à notre newsletter et suivez-nous sur les réseaux sociaux !  Vous souhaitez-vous abonner à 3D ADEPT Mag ? Ou vous voulez figurer dans le prochain numéro de notre magazine numérique ? Envoyez-nous un email à contact@3dadept.com

Passionnée de nouvelles technologies, je m'intéresse particulièrement aux technologies d'impression 3D et leurs capacités d'impacter significativement les modes de production dans divers secteurs d'activités. Conscient de l’importance de cette technologie pour transition vers l'industrie 4.0, c’est avec plaisir que je vous partage les dernières informations et analyses qui y ont trait, afin qu’à votre tour, vous puissiez en tirer profit. #Restezconnectés #3DAdept