Skyrora va exploiter l’impression 3D pour le lancement de sa fusée

Skyrora lancerait un vol d’essai suborbital au quatrième trimestre de 2018. La société basée au Royaume-Uni vise à répondre à la demande croissante de petits satellites lancés de manière rentable. Pour mener à bien cette mission, une partie de sa stratégie consiste à mettre en place une installation pour lancer des petits satellites en provenance d’Écosse. Pour l’instant, Skyrora achève la construction suborbitale.

Images via Skyrora – Première fusée à être lancée

Parlant de la fabrication des composants, Daniel Smith, directeur du développement commercial chez Skyrora, a déclaré à Spacenews : « Les choses évoluent très rapidement à ce stade. Nous avons déjà imprimé en 3D différentes parties de notre véhicule d’essai suborbital et nous sommes en train de parler de tester nos moteurs ici en Grande-Bretagne. Nous prévoyons une croissance substantielle de notre équipe au Royaume-Uni au premier trimestre 2018, en particulier dans le secteur manufacturier. »

Les caractéristiques du Skyrora 1, le premier véhicule qui sera lancé, montrent qu’il peut générer 30 kN de poussée au niveau de la mer.

L’expérience britannique avec l’expertise de l’industrie aérospatiale ukrainienne

Il convient de noter que l’industrie aérospatiale est un marché très concurrentiel. Rocket Lab par exemple, une petite entreprise, a lancé sa première fusée à électrons équipée d’un moteur Rutherford imprimé en 3D. Les petites entreprises deviennent rapidement les principaux concurrents des agences spatiales nationales quand il s’agit d’aller dans l’espace. Le financement d’investissement est passé à 75 millions de dollars pour un investissement initial de 148 millions de dollars.

Retour à Skyrora … L’entreprise a décidé de collaborer avec l’industrie aérospatiale ukrainienne.

« L’utilisation de techniques de fabrication avancées, y compris l’impression 3D, l’accès à l’expertise en Ukraine et notre choix de propulseur / comburant nous donnera un avantage sur ce marché de plus en plus compétitif », a déclaré M. Smith.

Image via Rocket Lab

Enfin, en ce qui concerne les coûts, la société admet que son utilisation de la technologie inspirée par Black Arrow permettra également à l’équipe de réduire le coût des lancements spatiaux.

« Notre décision d’utiliser le peroxyde d’hydrogène et le kérosène est venue pour diverses raisons, et nous apprécions le lien avec Black Arrow et ressentons un certain lien sentimental avec ce projet », selon Smith. « Nous prévoyons de sponsoriser la construction d’une réplique grandeur nature de Black Arrow pour le Wight Aviation Museum, car nous aimerions aider les générations futures à prendre conscience de l’histoire fascinante du premier et unique lanceur de satellites britannique à ce jour. »

Pour plus d’informations sur l’impression 3D, suivez-nous sur nos réseaux sociaux et abonnez-vous à notre newsletter !



Yosra K.

Passionnée de nouvelles technologies, j’ai découvert l’impression 3D à travers différentes expériences professionnelles. Consciente de l’importance de cette technologie pour les marchés d’aujourd’hui et de demain, c’est avec plaisir que je vous partage les dernières informations et analyses qui y ont trait, afin qu’à votre tour, vous puissiez en tirer profit. #Restezconnectés #3DAdept