Selon ING, l’impression 3D « éliminerait » un quart du commerce mondial

Dans un rapport, la société néerlandaise de services bancaires et financiers ING prévoit une réduction du commerce international, qui serait due à la production de pièces imprimées 3D locales, éliminant ainsi la nécessité d’importer et d’exporter.

 

L’impression 3D: menace pour le commerce mondial ou signe d’encouragement pour l’industrie de l’impression 3D?

Aujourd’hui, la technologie est encore à ses débuts et l’impact sur le commerce international n’est pas encore très important. Cependant, les choses changeront et changent de plus en plus, car le marché de masse bénéficie progressivement de la viabilité de la technologie d’impression 3D.

Selon ING, si les entreprises de l’automobile, des machines industrielles et des produits de consommation (qui sont les principaux investisseurs dans les imprimantes 3D) continuent d’utiliser des méthodes localisées de production d’impression 3D, cela réduirait certainement le besoin de commerce international.

Néanmoins, en ce qui concerne ce «signe d’encouragement» pour le marché de la fabrication additive, le rapport indique: «il est difficile de définir le potentiel exact de l’impression 3D, mais certains experts s’attendent à une part de 50% dans la fabrication au cours des deux prochaines décennies. Les calculs provisoires montrent que, si la croissance actuelle de l’investissement dans les imprimantes 3D continue, 50% des produits manufacturés seront imprimés en 2060 dans le scénario I, ce chiffre pouvant être atteint dès 2040 dans le scénario II dans lequel l’investissement double tous les cinq ans. » Par conséquent, selon le scénario I, l’impression 3D « éliminerait » un quart du commerce mondial d’ici 2060.


Cependant, pour ce qui est de ces scénarios, le rapport met l’accent sur les conséquences pour la balance commerciale américaine.
En effet, la direction des flux dans les industries d’impression 3D les plus importantes réduira les déficits commerciaux américains avec le Mexique et l’Allemagne (pour l’automobile), la Chine (pour les machines, produits de consommation), et tous les grands contributeurs au déficit commercial américain.

Impact de l’impression 3D sur le commerce automobile mondial avec les États-Unis réduisant leurs déficits commerciaux


Le rapport conclut que: «une fois que l’impression 3D est largement applicable et économiquement viable pour la production de masse, elle stimulera la production « locale pour local »avec les imprimantes 3D au détriment des importations. Les premières étapes de l’impression haute vitesse ont été prises, mais il est [difficile de dire quand] et dans quelle mesure la production à grande vitesse / masse avec les imprimantes 3D est possible dans toutes les industries. « 

Amples informations sur le contenu de ce rapport se trouvent ici.

Pour des informations exclusives sur l’impression 3D, abonnez-vous à notre newsletter et suivez-nous sur les réseaux sociaux !



Kety S.

Spécialiste en communication corporate et marketing à 3D Adept, Kety a un grand intérêt pour les innovations technologiques, précisément pour la portée de l’impression 3D sur différents secteurs d’activités. Afin d'en tirer profit à juste mesure, bon nombre de choses doivent encore être découvertes sur les technologies qui façonnent le monde de demain.

%d blogueurs aiment cette page :