Comment des médicaments orphelins imprimés en 3D peuvent-ils améliorer la vie des patients ? – Le point de vue d’Antonio Benedetti, CEO de Cycle

Antonio Benedetti, CEO de Cycle Pharmaceuticals

« …alors toute amélioration que nous pouvons apporter à cette formulation peut améliorer leur qualité de vie »

Une maladie rare ou orpheline est une maladie qui touche un très faible pourcentage de la population. En Europe, une maladie est qualifiée de rare quand elle affecte 1 sur 2000 personnes. Aux États-Unis par contre, une maladie est définie comme rare quand elle affecte 1 sur 200 000 américains à un moment donné. Elle est si rare qu’elle manque un marché suffisamment important pour obtenir du soutien et des ressources pour découvrir des traitements pour cela.

Cependant, cette problématique suscite l’intérêt de certaines entreprises pharmaceutiques telles que Cycle Pharmaceuticals qui en a fait son cœur de métier. Fondée il y a 6 ans par James Harrison (aujourd’hui, président exécutif du conseil d’administration), elle est dirigée par Antonio Benedetti, CEO.

Accompagné de Steve Fuller, Business Development Director de Cycle, Antonio Benedetti aborde aujourd’hui les difficultés auxquelles font face les patients atteints de maladies rares mais surtout l’une des solutions que l’entreprise propose pour mettre fin à ces obstacles et améliorer la qualité de vie des patients.

Issue d’un partenariat avec Aprecia Pharmaceuticals, entreprise pharmaceutique spécialisée dans l’impression 3D des médicaments, cette solution explore les possibilités d’amélioration de vie qui sont offertes aux patients atteints de maladies rares. De quoi susciter l’intérêt de l’industrie médicale… #OpiniondelaSemaine

Pouvez-vous nous en dire plus sur Cycle Pharmaceuticals ?

Cycle Pharmaceuticals est principalement axée sur trois domaines d’activité :

Améliorer les médicaments. Il s’agit d’optimiser un médicament existant. Un patient peut prendre un traitement pendant une durée limitée, traitant plusieurs fois des formulations sous-optimales (en raison de grosses capsules ou d’injections constantes).

Ceci peut être traité si c’est pour une courte période de temps, mais si les patients doivent faire face à un traitement à vie et doivent prendre le médicament plusieurs fois par jour pendant toute leur vie (de l’enfance à l’âge adulte), alors toute amélioration que nous pouvons apporter à cette formulation peut améliorer leur qualité de vie. Nous cherchons à améliorer les formulations pour répondre aux besoins non satisfaits du patient.

Nous nous appliquons aussi à créer de nouvelles indications pour des médicaments déjà existants. Nous travaillons en étroite collaboration avec des chercheurs et des universités de l’Ivy League avec lesquels nous mettons l’accent sur divers projets scientifiques et technologiques.

Enfin les Génériques. Dans ce corps de métier, il s’agit pour nous de rétablir des médicaments génériques, précédemment disponibles sur le marché, améliorant l’accessibilité du marché.

Ces trois domaines d’intervention sont soutenus par la technologie de formulation – la création de nouvelles technologies de délivrance de médicaments pour améliorer l’efficacité et l’utilité des médicaments, permettant à Cycle d’offrir aux patients une plus grande accessibilité et choix.

Quid du partenariat avec Aprecia?

Le partenariat avec Aprecia vise à introduire une technologie innovante, telle que l’impression 3D, dans notre secteur d’activité visant à améliorer les médicaments, en se concentrant toutefois sur les maladies rares.

Aprecia a développé une première technologie d’impression 3D appelée ZipDose®.

 

Il s’agit de la première approuvée par la FDA (Food, Drug Administration), qui offre deux attributs précieux pour le traitement des maladies rares : une tablette qui fond rapidement (désintégration en quelques secondes et la capacité d’inclure une grande quantité de médicaments dans un seul comprimé, Aprecia étant la seule société qui peut inclure de telles doses élevées d’API dans un comprimé en utilisant cette nouvelle technologie.

 

En d’autres termes, vous pouvez avoir plus de mille milligrammes dans un seul comprimé que vous pouvez mettre sur votre langue et avec un peu d’eau, il va fondre en quelques secondes.

Nous pouvons donc résoudre deux principaux problèmes :

– Le premier est de réduire le nombre de comprimés par jour (poids de la pilule). Ainsi, par exemple, au lieu de prendre 10 comprimés de 300 mg chacun d’un médicament spécifique, ils pourraient prendre seulement 3 comprimés à fusion rapide et faciles à avaler.

– Pour tous les patients qui souffrent de dysphagie (difficulté à avaler), il devient beaucoup plus facile de prendre un médicament qui fond rapidement dans la bouche.

Nous avons déjà initié le premier développement avec Aprecia et nous avons qu’ils soient administrés aux patients dans 2 ou 3 ans. Nous allons développer d’autres produits avec Aprecia, donc ce produit est le premier d’un pipeline long et prometteur.

Matériel de traitement – Aprecia

Matériel de traitement – Aprecia

Quels sont les principaux défis que vous pouvez rencontrer dans cette collaboration?

Nous travaillons en partenariat avec une entreprise de premier ordre, alors nous attendons plus d’enthousiasme que de défis.

Où commercialisez-vous vos médicaments ?

Nous sommes une entreprise internationale et nous commercialisons et distribuons déjà nos produits dans le monde entier.Cependant, en ce qui concerne le partenariat avec Aprecia, nous commencerons d’abord aux États-Unis et en Europe. Ces continents sont notre objectif principal.

Que pensez-vous de l’utilisation de la technologie d’impression 3D dans le processus de fabrication de ces médicaments orphelins ?

La technologie d’impression 3D utilisée ici nous permet de produire un comprimé fondant par voie orale qui se disperse beaucoup plus rapidement que d’autres technologies. De plus, elle permet d’avoir beaucoup plus de médicaments en un comprimé.  Ces propriétés sont très importantes dans le monde des médicaments orphelins où les patients doivent souvent prendre beaucoup de comprimés tous les jours, et souvent dès un jeune âge où la déglutition est un problème.

Le processus de fabrication en 3D d’Aprecia est le seul approuvé par la FDA, et n’a montré jusqu’ici aucun des problèmes de contrôle qui sont préoccupants dans d’autres méthodes d’impression 3D.

Quels sont vos perspectives de développement ?

Cycle est une entreprise à croissance rapide. Nous avons déjà lancé nos deux premiers médicaments :

Nityr ™ (comprimés de nitisinone), une nouvelle option de traitement avec une formulation améliorée pour les patients atteints de tyrosinémie de type 1, une maladie ultra-rare;

Images – via Cycle

Ketorolac Tromethamine Injection, un médicament anti-inflammatoire non stéroïdien et le premier dans notre pipeline générique, marché pour faire face aux pénuries empêchant actuellement les patients de recevoir un traitement essentiel.

Nous avons un solide pipeline avec de nouveaux lancements attendus en 2018.

Votre dernier mot ?

Nous avons beaucoup de travail à faire, la partie la plus excitante est à venir. Nous sommes confiants dans notre partenariat avec une entreprise telle qu’Aprecia Pharmaceuticals.

 

Pour des informations exclusives sur l’impression 3D, abonnez-vous à notre newsletter et suivez-nous sur les réseaux sociaux !