Selon un nouveau rapport de «Research and Market», le marché mondial de l’impression 3D atteindrait USD 23,79 milliards (20,24 milliards d’euros) d’ici 2025.

Aussi appelée fabrication additive, cette technologie est pour rappel une « procédure qui produit des pièces grâce à l’ajout successif de couches de matériaux dans diverses formes 2D« . Une fois construits les uns sur les autres, les formes 2D en couches forment un objet 3D. Avec d’autres technologies telles que la méthode soustractive de production, où le processus commence par un bloc de matériaux dont il faut broyer les matériaux inutiles avant d’obtenir la forme finale de l’objet.

Bien établis dans le secteur industriel, en particulier l’ “industriel vertical”, les entreprises de cette part de marché améliorent chaque jour la fabrication du produit et le temps requis pour qu’un produit soit mis aisément sur le marché. Cependant, les idées fausses parmi les fabricants sur le prototypage ainsi que le manque de processus ou de réglementations restent quelques inconvénients de cette industrie. Selon les experts, «ces facteurs entravent actuellement la croissance du marché, mais ils devraient être surmontés au fil du temps en raison de l’augmentation des initiatives gouvernementales et de la sensibilisation des individus à l’égard des avantages des imprimantes 3D».


BeAM Machines, MarkForged, 3D Systems, Dassault Systems, GE Additive, EnvisionTec Inc. ou Autodesk font partie des principales sociétés en vue de ce secteur.


Cependant, l’impression 3D de bureau est susceptible de tenir un avenir prometteur en raison de la popularité croissante de la technologie parmi les amateurs, les innovateurs et le secteur de l’éducation pour la formation technique et les utilisations domestiques / personnelles. La technologie devrait être hautement appréciée pour ses avantages économiques plutôt que d’être considérée comme une technique de fabrication industrielle à forte intensité de main-d’œuvre. Les magasins locaux qui installent des imprimantes 3D et offrent des matériaux d’impression 3D, des filaments, des modèles 3D et des logiciels d’impression 3D sont devenus un modèle économique alternatif, en particulier dans les pays en développement comme le Brésil, l’Afrique du Sud et l’Inde.