La reconstruction imprimée 3D d’un squelette de mammouth

L’un des plus grands projets de stéréolithographie réalisés en Belgique concerne la reconstruction imprimée en 3D du premier squelette de mammouth.

Les experts scanneront en 3D les 320 os qui composent le squelette, puis reconstruiront numériquement l’animal avant d’envisager son impression en 3D.

Le mammouth de Lier

Le mammouth original a été trouvé à Lier, (ville belge). Depuis 1869, il est exposé à l’Institut royal belge des sciences naturelles à Bruxelles.

Avant de retourner à son lieu d’origine à Lier, le musée de Bruxelles a collaboré avec Materialise pour que l’entreprise puisse reproduire une réplique plus moderne du squelette.

Le challenge

 Le challenge consiste à représenter avec précision les parties anatomiques de l’animal. Les ingénieurs de Materialise font donc appel à un paléontologue résident pour y parvenir. De plus, il est essentiel de nettoyer et de préparer l’imprimante 3D à l’aide du logiciel Materialise Magics car un scan ne peut produire qu’une image 3D, mais avec un logiciel, il est possible d’obtenir une forme 3D structurellement saine et pratique pour l’impression 3D.

« Au lieu d’utiliser le système de montage extérieur original du 19ème siècle, une structure de montage intérieure plus sophistiquée en carbone sera créée et intégrée à l’intérieur des os en plastique – ce qui signifie que dans la phase numérique, les ingénieurs de Materialise ont déjà dû réfléchir à la manière d’intégrer la structure dans les os, en intégrant des trous d’entrée et de sortie dans les os pour les tubes en carbone. Pour la structure modulaire en carbone, Materialise s’est appuyé sur l’expérience de sa filiale RapidFit dans le domaine de l’outillage automobile.  Le résultat [serait] une structure robuste et légère pesant seulement 300 kg au total. »

Détails techniques

Le fournisseur de solutions d’impression 3D utilisera une dimension de lit d’imprimante de 220x70x80. En appliquant 1/10ème de millimètre de résine à la fois, le mammouth mettra plus d’un mois à être imprimé.

Le rendu final sera peint avec une combinaison de différentes peintures, textures et laques pour que les os puissent correspondre le plus précisément possible au squelette original.

Pour des informations exclusives sur l’impression 3D, abonnez-vous à notre newsletter et suivez-nous sur les réseaux sociaux !

Vous souhaitez-vous abonner à 3D ADEPT Mag ? Ou vous voulez figurer dans le prochain numéro de notre magazine numérique ? Envoyez-nous un email à contact@3dadept.com

 

 

Yosra K.

Passionnée de nouvelles technologies, j’ai découvert l’impression 3D à travers différentes expériences professionnelles. Consciente de l’importance de cette technologie pour les marchés d’aujourd’hui et de demain, c’est avec plaisir que je vous partage les dernières informations et analyses qui y ont trait, afin qu’à votre tour, vous puissiez en tirer profit. #Restezconnectés #3DAdept

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

%d blogueurs aiment cette page :