Interview – Yves Hagedorn explique pourquoi les USA sont la première destination d’Aconity3D en termes d’internationalisation

Aconity3D est un fournisseur de systèmes flexibles de fabrication additive métallique pour laboratoire. L’entreprise est située à Aix-la-Chapelle, en plein cœur de l’Université RWTH et des instituts de recherche Fraunhofer.

Son objectif est d’étendre l’état de l’art de l’impression 3D de pièces métalliques par une combinaison intelligente de logiciels à architecture ouverte et de systèmes matériels de qualité. Cette synthèse permet en outre d’intégrer des outils de contrôle de processus en ligne, en tirant des informations étendues directement du processus.

Trouver de nouvelles solutions et s’associer avec les clients pour innover dans ce vaste domaine de recherche en pleine expansion amène d’autres unités d’affaires, telles que le conseil, l’atelier de travail, les installations d’essai et la distribution de matériel.

C’est dans cette optique de collaboration que l’entreprise pose ses valises aux Etats-Unis, une première internationalisation directement à l’extérieur des frontières européennes. Nous avons cherché à en savoir plus auprès d’Yves-Christian Hagedorn, Directeur Général de la société. #OpiniondelaSemaine

Aconity3D a choisi d’étendre ses activités directement hors d’Europe. Pourquoi les États-Unis, en particulier le Texas ?

Les États-Unis ont toujours été l’un de nos principaux marchés. Par conséquent, cela s’est présenté comme une évidence pour nous d’améliorer l’entretien de nos systèmes actuels et augmenter les ventes de nouveaux systèmes.

Au Texas, en particulier à l’Université du Texas à El Paso (UTEP), nous avions déjà une relation avec l’équipe du centre W.M. Keck de l’UTEP avant même l’incorporation d’Aconity3D. Cette équipe représente également une entité de recherche en impression 3D reconnue pour son travail. Notre choix a donc été favorisée par cette relation de confiance et confortée par leurs compétences.

En ce qui concerne votre collaboration avec l’UTEP, pourrions-nous dire que votre priorité sur le marché américain sera d’abord la recherche ?

Aconity3D a commencé par servir principalement le marché des systèmes de recherche. Ceci est principalement dû à l’architecture ouverte des systèmes, ce qui permet d’étendre considérablement l’état de l’art.

Cependant, la capacité d’avoir accès à absolument tous les paramètres de processus s’est également révélée être un élément facilitateur majeur pour de nombreuses applications industrielles. Les applications pour lesquelles il n’existe pas d’approche « out of the box » sont particulièrement adaptées à nos systèmes.

C’est le cas, par exemple, pour les clients qui ont besoin de développer leur propre point de vente unique ; ceci peut être fait en étendant le champ d’application des matériaux applicables par l’application d’un préchauffage à haute température, en améliorant la qualité des pièces par la détection en ligne et en augmentant la productivité par l’adoption de paramètres de processus, pour n’en citer que quelques-uns.

La coopération avec l’UTEP et le centre W.M. Keck nous permettra de bénéficier de leurs talents qualifiés qui nous l’espérons, rejoindront notre cause.

from left, UTEP President Diana Natalicio; Yves Hagedorn, Aconity3D, managing director; Florian Sondermann, AconityUS, managing director. Top row, from left, Ryan Wicker, Ph.D., Keck Center director; Zia Uddin, student researcher; Alfonso Fernandez, powder bed manager; Francisco Medina, director of technology and engagement; Mireya Flores, Keck Center manager; Philip Morton, applications manager – Credit: UTEP Communications

 

Le marché américain est très prometteur et compétitif. Parlez-nous de trois caractéristiques qui distingueront vos imprimantes 3D des autres imprimantes de la même gamme.

Nos machines se distinguent par leur architecture ouverte et leur grande modularité, adaptées à chaque client et à son application. Nos systèmes permettent un contrôle total de tous les paramètres de la machine. De plus, nous offrons un préchauffage à haute température jusqu’à 1200 °C, ce qui représente un outil puissant pour la recherche de matériaux sophistiqués dans ce domaine.

D’autres avantages sont le contrôle complet du chemin optique et la possibilité de manipuler la taille du spot.

Selon vous, quelle est la plus grande force de l’entreprise sur le marché américain ? Si vous deviez mentionner la faiblesse/appréhension de l’entreprise sur ce marché, quelle serait-elle ?

Pour ce qui est de notre force, je dirai notre flexibilité et notre capacité à répondre aux souhaits des clients pour des applications individuelles.

La grande flexibilité et la possibilité de fabriquer nos machines à la commande, conduisent cependant à l’une de nos principales faiblesses – le délai de livraison assez long d’environ 20 semaines. Un point faible auquel nous remédierons dans les prochains mois.

Peut-on s’attendre à une autre stratégie d’internationalisation dans un pays européen ?

Bien sûr, comme indiqué précédemment, l’amélioration du service est l’un de nos principaux moteurs, c’est pourquoi nous voulons être là où se trouvent nos clients.

Parlez-nous d’un défi intéressant que vous avez relevé dans l’une de vos études de cas. Comment l’avez-vous surmonté ?

La beauté de ce que nous faisons, c’est que tout cela est vraiment intéressant, car pratiquement tous nos efforts sont nouveaux et n’ont jamais été essayés auparavant. Une autre approche probablement plus intéressante a été le développement conjoint d’une capacité d’imprimer de très petites structures de moins de 50 µm d’épaisseur de paroi. Cette approche nécessite un travail interdisciplinaire, comme la fourniture d’optiques adaptées, pour des tailles de spot plus petites, une unité de dépôt de poudre adaptée, capable de distribuer des particules vraiment fines et des études paramétriques étendues, visant à diminuer l’apport d’énergie.

Le résultat est étonnant et pourrait ouvrir la voie à de nouvelles applications, peut-être dans le secteur médical.

Votre dernier mot ?

Bien sûr, merci à 3D Adept pour cette interview. Nous aimerions également exprimer notre gratitude à Fraunhofer ILT qui nous a apporté un grand soutien pendant nos premiers jours. En outre, nous aimerions remercier le professeur Ryan Wicker, fondateur du W.M. Keck Center et le Dr Natalicio, président de l’UTEP, pour avoir rendu possible cette coopération extraordinaire.

Merci et à la prochaine fois.

Pour des informations exclusives sur l’impression 3D, abonnez-vous à notre newsletter et suivez-nous sur les réseaux sociaux ! Vous souhaitez-vous abonner à 3D ADEPT Mag ? Ou vous voulez figurer dans le prochain numéro de notre magazine numérique ? Envoyez-nous un email à contact@3dadept.com




Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

%d blogueurs aiment cette page :