Des chercheurs d’Australie-Méridionale, du Texas et d’Éthiopie ont utilisé la technologie d’impression 3D pour apporter une solution à la leishmaniose, une maladie qui infecte un million de personnes chaque année.

L’Armauer Hansen Research Institute (AHRI) à Addis Abeba (Ethiopie), l’incubateur virtuel de maladies infectieuses PandemicTech basé à Austin et le New Venture Institute (NVI) à l’Université Flinders à Adelaide, Australie-Méridionale, sont les trois instituts qui ont uni leurs forces pour développer un kit de test de terrain imprimé en 3D.

La Leishmaniose

Selon the Lead, « la leishmaniose est une maladie parasitaire qui se propage par les piqûres de phlébotomes. L’Organisation mondiale de la santé estime que jusqu’à 1 million de nouveaux cas et 30 000 décès surviennent chaque année, généralement parmi les personnes sous-alimentées vivant dans la pauvreté ou dans des conditions insalubres. Bien qu’elle puisse entraîner des ulcères et la mort, la leishmaniose est guérissable si elle est diagnostiquée et traitée précocement. »

Les expérimentations en Ethiopie ont été difficiles à réaliser en raison du coût d’un agent liquide, des tubes à essai utilisés pour contenir le réactif et même du temps qu’il faut pour obtenir les résultats. Dr Gadisa a donc conçu un tube à essai qui pourrait surmonter ces obstacles et a accepté l’aide d’Andrew Nerlinger, directeur de PandemicTech à Austin et de Matt Salier, directeur du New Venture Institute de l’Université Flinders en Australie-Méridionale pour fabriquer le prototype.

Il a fallu moins de 4 mois pour réaliser le design qui a été fabriqué sur l’imprimante 3D Stratasys Objet Connex de NVI à l’aide d’une résine transparente. Le premier prototype est constitué d’un corps principal qui « retient le liquide, d’un bouchon en haut pour boucher le tube à culture et d’un bouchon inférieur amovible pour nettoyer le tube à culture ».

Tube à essai imprimé en 3D et bouchons qui font partie du kit de test.

Après plusieurs améliorations, les chercheurs ont obtenu leur kit fini. « Le pack est également livré avec des microscopes spéciaux imprimés en 3D qui s’attachent à une caméra de smartphone et convertissent le téléphone en un puissant microscope à grossissement 60x qui peut collecter des photos à des fins de diagnostic. Le nouveau dispositif de test permettra de traiter plus de patients plus tôt et de réduire le temps nécessaire à l’obtention d’un diagnostic. Elle permettra aussi potentiellement aux agents de santé de fournir un diagnostic aux patients tout en effectuant un travail médical dans les régions éloignées, souvent les plus touchées par la leishmaniose ».

Pour des informations exclusives sur l’impression 3D, abonnez-vous à notre newsletter et suivez-nous sur les réseaux sociaux !

Vous souhaitez-vous abonner à 3D ADEPT Mag ? Ou vous voulez figurer dans le prochain numéro de notre magazine numérique ? Envoyez-nous un email à contact@3dadept.com