Sinterit, l’un des pionniers des imprimantes 3D SLS abordables, a dévoilé aujourd’hui sa nouvelle imprimante 3D : Sinterit Lisa 2.

Cela fait 4 ans que la start-up fournit le marché avec sa première imprimante 3D. Cette expérience implique littéralement l’utilisation de 3 tonnes de poudre, 20000 impressions et bien d’autres choses encore à venir mais pour l’instant, elle a permis à l’entreprise de fabriquer une autre imprimante 3D et d’aller au-delà des capacités de sa première imprimante 3D. Avec le lancement de cette nouvelle imprimante 3D, Sinterit tient sa promesse de développer la technologie SLS.

Nous nous attendions à une autre technologie comme deuxième produit de la start-up alors pourquoi une autre SLS ?

Pour l’entreprise, la raison repose sur le rapport qualité-prix. « Les pièces durables et mobiles, ainsi qu’une excellente précision dimensionnelle et sa résistance mécanique la rendent parfaites pour les tests fonctionnels et les objets détaillés (épaisseur minimale de paroi 0,4 [mm] / 0,016 [pouce]; 0,004 [pouce]). Les machines SLS de bureau produisent le coût par pièce le moins cher, grâce à la réutilisation de la poudre et au fait qu’il n’est pas nécessaire de gaspiller du matériau sur les supports. »

prints réalisés avec Lisa 2

Alors, que pouvez-vous attendre de cette imprimante 3D ?

Avec Lisa 2, l’utilisateur peut produire des tirages plus grands en une seule pièce, jusqu’à près de 32 cm / 12,6 pouces. Grâce à la poudre frittée par un laser, il est possible de réaliser des pièces précises et complexes sans avoir besoin de supports.

En plus d’un matériel et d’un logiciel améliorés, cette imprimante 3D intègre une chambre à azote. Cette dernière fonctionnalité permet aux clients d’exploiter une large gamme de matériaux. Lisa 2 donne donc la possibilité de créer un environnement à l’intérieur de l’imprimante pour avoir accès à de nouveaux matériaux. « Les matériaux d’impression comprennent des plastiques résistants et résistants aux produits chimiques, le Nylon PA12 et le noir Flexa – un matériau TPU pour les applications de type caoutchouc. Avec Lisa 2, la société présente également Flexa Grey avec une meilleure flexibilité et PA11 avec une résistance chimique et thermique supérieure. Et tandis que le département R & D est occupé à travailler sur d’autres matériaux, les clients sont toujours libres d’expérimenter eux-mêmes les matériaux. »

Prints réalisées avec Lisa 2

La Sinterit Lisa 2 sera très bientôt disponible au prix de 11990 euros en Europe (14900 dollars pour le marché américain) ; le système complet de bout en bout coûtera 13 990 euros pour l’Europe (17 400 dollars pour le marché américain). Les premières livraisons sont prévues pour septembre 2018, les pré-commandes étant déjà disponibles sur le site de Sinterit.

Alors, que pensez-vous de cette Sinterit Lisa 2 ?

Pour des informations exclusives sur l’impression 3D, abonnez-vous à notre newsletter et suivez-nous sur les réseaux sociaux !

Voulez-vous figurer dans le prochain numéro de notre magazine numérique ? Envoyez-nous un email à contact@3dadept.com 

 




About the author

Passionnée de nouvelles technologies, j’ai découvert l’impression 3D à travers différentes expériences professionnelles. Consciente de l’importance de cette technologie pour les marchés d’aujourd’hui et de demain, c’est avec plaisir que je vous partage les dernières informations et analyses qui y ont trait, afin qu’à votre tour, vous puissiez en tirer profit. #Restezconnectés #3DAdept

Related

%d blogueurs aiment cette page :