Evonik Venture Capital investit des millions d’euros dans la start-up chinoise d’impression 3D Meditool qui fabrique des implants pour la neurochirurgie et la chirurgie du rachis.

Il s’agit du premier investissement direct pour Evonik Venture Capital qui avait précédemment investi dans deux fonds en Chine. ZN Ventures, Morningside Ventures et Puhua Capital sont ses co-investisseurs dans Meditool.

« Il s’agit de notre premier investissement direct en Chine et de notre premier investissement direct après le lancement de notre deuxième fonds de capital-risque cette année », a déclaré Bernhard Mohr, directeur d’Evonik Venture Capital. « Meditool est un bon exemple de la façon dont le capital risque aide Evonik à sécuriser l’accès aux technologies perturbatrices. »

Meditool développe ses propres systèmes matériels et logiciels. Le logiciel peut lire et traiter des images directement à partir d’appareils d’imagerie par résonance magnétique (IRM) ou de tomodensitométrie (CT) couramment utilisés. Le logiciel génère des modèles 3D prêts à être imprimés par une imprimante 3D qui les transforme en implants.

Ces implants sont fabriqués avec la polyétheréthercétone (PEEK), un polymère haute performance fourni par Evonik. Cependant, le spécialiste de la chimie est également connu pour le développement de la poudre PEBA pour l’industrie de la FA, un matériau d’impression 3D qui présenterait une élasticité et des capacités de résistance élevées.

Expansion des applications de haute technologie pour les matériaux de fabrication d’additifs

La stratégie d’Evonik est de développer des applications high-tech pour ses matériaux de FA. Investir dans Meditool s’inscrit parfaitement dans cette stratégie car les innovations de l’entreprise ont démontré leur fiabilité.

Sans oublier que la Chine est un marché clé de croissance et l’un des principaux moteurs de l’innovation dans le monde. Ainsi, pour Claas Klasen, président de la région d’Asie du Nord d’Evonik, « cette région ne favorise pas seulement la technologie (…), elle a la population et la classe moyenne croissante pour stimuler la demande à un rythme soutenu ».

Le marché chinois est le deuxième marché mondial des implants médicaux avec des taux de croissance annuels attendus de 10 à 15%.

Les implants imprimés en 3D gagnent du terrain dans l’industrie médicale. Les médecins peuvent maintenant utiliser à la fois les implants en PEEK et les implants métalliques. Quel que soit l’implant imprimé en 3D, l’un de ses avantages est qu’il réduit la probabilité d’opérations ultérieures pour ajuster la taille, la forme et le positionnement de l’implant.

De plus, selon Evonik, une chose qui caractérise le PEEK est que ce matériau est moins thermoconducteur que le métal. En d’autres termes, l’implant du patient n’est pas mis en danger lorsqu’il est exposé à des températures chaudes et froides. En fait, parfois, le matériau peut se réchauffer ou se refroidir. De plus, le PEEK est biocompatible (non nocif pour les tissus vivants) et les examens CT et IRM deviennent possibles après la chirurgie.

Ken Jin, cofondateur et directeur de la technologie de Meditool commente : « Evonik a été notre partenaire de confiance dans la fourniture de matériaux. Cet investissement de capital-risque sera un coup de pouce supplémentaire à nos efforts pour apporter des solutions innovantes aux patients et aux chirurgiens en Chine et dans le reste du monde. »

Vous pouvez maintenant poster vos offres d’emploi sur 3D ADEPT Media. Pour des informations exclusives sur l’impression 3D, abonnez-vous à notre newsletter et suivez-nous sur les réseaux sociaux : FacebookTwitterLinkedIn & Instagram !Vous souhaitez-vous abonner à 3D ADEPT Mag ? Ou vous voulez figurer dans le prochain numéro de notre magazine numérique ? Envoyez-nous un email à contact@3dadept.com