Une nouvelle recherche donne de l’espoir pour lutter contre l’infertilité : « imprimer en 3D des ovaires »

Un groupe de chercheurs a récemment franchi une étape importante dans l’impression 3D d’un ovaire artificiel destiné à l’implantation humaine. Les chercheurs ont identifié l’emplacement des protéines structurelles dans un ovaire de porc, une découverte qui contribuera au développement continu d’une encre. Cette encre contiendra des protéines et sera utilisée dans le processus de fabrication par impression 3D.

« C’est un énorme pas en avant pour les filles qui subissent des traitements anticancéreux qui nuisent à la fertilité », a expliqué Monica Laronda, PhD, auteure principale de l’ouvrage et directrice de la recherche fondamentale et translationnelle, du programme de préservation et de restauration de la fertilité et des hormones à Ann & Robert H. Lurie Children’s Hospital de Chicago. « Notre objectif est d’utiliser les protéines structurelles ovariennes pour concevoir un échafaudage biologique capable de soutenir une banque d’ovules potentiels et de cellules productrices d’hormones. Une fois implanté, l’ovaire artificiel répondrait aux signaux naturels d’ovulation, permettant une grossesse. »

La recherche a connu son premier jalon en novembre 2019 lorsque Laronda a reçu un brevet pour la fabrication d’un ovaire artificiel. Avec l’équipe, ils ont imprimé en 3D un ovaire synthétique et l’ont implanté dans une souris en un seul essai.  Après une grossesse réussie, la souris a donné naissance à une progéniture. Dès lors, Laronda et ses collègues restent optimistes quant à la possibilité de traduire cette découverte en une solution pour les femmes.

« Les protéines structurelles d’un ovaire de porc sont du même type que celles que l’on trouve chez les humains, ce qui nous donne une source abondante d’un bio-encre plus complexe pour l’impression 3D d’un ovaire à usage humain », a déclaré Mme Laronda. « Nous sommes un pas de plus vers la restauration de la fertilité et de la production d’hormones chez les jeunes femmes qui survivent à un cancer infantile mais qui entrent en ménopause précoce comme un effet tardif. Il reste encore plusieurs étapes à franchir et nous sommes impatients de tester nos nouvelles encres. »

Avec le succès de cette étape, l’équipe ambitionne de réaliser l’impression 3D efficace d’organes artificiels.

« Nous avons développé un pipeline pour l’identification et la cartographie des protéines de l’échafaudage au niveau des organes », a conclu Laronda. « C’est la première fois que cela a été accompli et nous espérons que cela stimulera la recherche sur le microenvironnement d’autres organes. »

Le rapport complet des travaux de ces chercheurs a récemment été publié dans la revue Scientific Reports.

Image de « Une » via LDN Science. N’oubliez pas que vous pouvez poster gratuitement les offres d’emploi de l’industrie de la FA sur 3D ADEPT Media ou rechercher un emploi via notre tableau d’offres d’emploi. N’hésitez pas à nous suivre sur nos réseaux sociaux et à vous inscrire à notre newsletter hebdomadaire : FacebookTwitterLinkedIn & Instagram ! Si vous avez une innovation à partager pour le prochain numéro de notre magazine numérique ou si vous avez un article à faire connaître, n’hésitez pas à nous envoyer un email à contact@3dadept.com. Bonne année !

 

Passionnée de nouvelles technologies, je m'intéresse particulièrement aux technologies d'impression 3D et leurs capacités d'impacter significativement les modes de production dans divers secteurs d'activités. Conscient de l’importance de cette technologie pour transition vers l'industrie 4.0, c’est avec plaisir que je vous partage les dernières informations et analyses qui y ont trait, afin qu’à votre tour, vous puissiez en tirer profit. #Restezconnectés #3DAdept