Selon GXN, les drones d’impression 3D mobiles peuvent réparer les fissures de la terre

« Nous espérons inspirer l’industrie de la fabrication additive à envisager de nouvelles possibilités, par exemple la combinaison du design et de la technologie afin de changer nos valeurs et nos façons de penser actuelles. »

Une recherche récente de GXN innovation propose que les drones d’impression 3D peuvent être utilisés pour réparer les fissures de la planète.

Les entreprises d’architecture et de construction recherchent continuellement de nouvelles solutions pour surmonter les défis mondiaux, y compris les récifs coralliens endommagés et les enveloppes thermiques des tours d’habitation. Dans cette perspective, GXN innovation, une filiale de recherche indépendante du cabinet d’architecture danois 3XN, et le hub de FA Dansk, une entité sponsorisée par le gouvernement qui soutient l’expérimentation dans la fabrication additive et les architectes MAP ont exploré quelques solutions pour résoudre ces problèmes. Ils ont alors proposé le concept de « break the grid« . 

En effet, ils ont fabriqué des prototypes de drones d’impression 3D qui peuvent se déplacer sur terre, dans les airs et sous l’eau.

« Libérer les imprimantes 3D pour relever ces défis pourrait être une révolution en devenir », déclare Kasper Jensen, fondateur de GXN. « En permettant aux robots d’impression 3D de ramper, nager et voler, nous pouvons faire face aux menaces environnementales pressantes dans le monde entier à moindre coût et avec une plus grande efficacité. »

Difficultés importantes à considérer

Les équipes de ce projet sont confrontées à deux grands défis : la détérioration de l’infrastructure de la planète et les pertes importantes de chaleur et d’énergie qui résultent du vieillissement des immeubles de grande hauteur dans les grandes villes.

En ce qui concerne le premier défi, l’équipe suggère que les imprimantes 3D pourraient être utilisées pour réparer les microfissures, qui sont en réalité la cause de plusieurs autres problèmes. Ainsi, les imprimantes 3D scannent les zones pour vérifier leur intégrité structurelle et, si nécessaire, insèrent une charge poreuse mélangée avec le « champignon trichoderma reesei » pour favoriser la formation de carbonate de calcium.

Quant au second défi, le concept de « break the grid » consiste en la fabrication d’un drone d’impression 3D capable d’identifier et de remplir des ponts thermiques dans ces bâtiments de grande hauteur, ce qui permet d’apporter des solutions matérielles efficaces au cas par cas. Pour y parvenir, des recherches plus poussées sur les matériaux devraient être menées afin de combiner le verre avec des polymères à hautes performances pour fournir une nouvelle isolation thermique aux bâtiments anciens.

De plus, la société 3XN propose d’étudier les effets néfastes du changement climatique sur les environnements côtiers. En effet, plus de 10 % des populations côtières du monde vivent à moins de 10 mètres au-dessus du niveau de la mer et sont de plus en plus vulnérables aux ondes de tempête côtières et aux tsunamis catastrophiques.

« La convergence des technologies permet de nouvelles approches de la construction », explique Mads Kjøller Damkjær, CEO du hub de FA Dansk. « Nous espérons inspirer l’industrie de la fabrication additive à envisager de nouvelles possibilités, par exemple la combinaison du design et de la technologie afin de changer nos valeurs et nos façons de penser actuelles.. »




Vous pouvez maintenant poster vos offres d’emploi gratuitement sur 3D ADEPT Media. Pour des informations exclusives sur l’impression 3D, abonnez-vous à notre newsletter et suivez-nous sur les réseaux sociaux : FacebookTwitterLinkedIn & Instagram !Vous souhaitez-vous abonner à 3D ADEPT Mag ? Ou vous voulez figurer dans le prochain numéro de notre magazine numérique ? Envoyez-nous un email à contact@3dadept.com