L’aventure d’Incus GmbH a commencé il y a deux ans à Formnext 2019, lorsque le fabricant autrichien a décidé de présenter sur la scène internationale ses solutions de fabrication additive (FA) basées sur la lithographie.

Avec Lithoz comme société fondatrice, le fabricant de machines a étendu son expertise à la production d’imprimantes 3D métal capables de produire des surfaces incroyablement lisses. On aurait pu penser que l’équipe Incus était restée en mode furtif en 2020, mais ce n’est pas le cas. Ils ont même réussi à expédier la première série de leur machine Hammer Lab35.

Quelle est cette machine ?

Il s’agit d’un procédé de fabrication de métal par lithographie (LMM = lithography-based metal manufacturing) qui transforme les fichiers 3D en prototypes et en production à petite échelle de composants avec une qualité MIM (moulage par injection de métal). L’expert s’assure que cette qualité comprend une résolution de caractéristiques, une esthétique de surface et des propriétés mécaniques supérieures pour des pièces de taille <200 g.

En outre, il s’agit d’une imprimante 3D industrielle qui ne nécessite pas les températures élevées standard habituellement observées pour faire fondre la poudre de métal dans d’autres imprimantes 3D métal. Ce procédé qui ressemble à une combinaison de poudre métallique et de liant est intégré dans un dispositif qui offre une vitesse d’impression allant jusqu’à 100 cm3/h et une résolution latérale de 35 µm.

Qui peut l’utiliser ?

L’Institut des métaux précieux et technologiques de l’université de Pforzheim et sa société dérivée, Metshape, utilisent actuellement ce nouveau procédé. Cela signifie que le processus et le système sont constamment revus et testés, et que de nouveaux matériaux et applications sont développés, sans compter que les commentaires reçus de ces utilisateurs aident l’Incus à améliorer la machine et à adapter les matières premières aux besoins de l’industrie manufacturière.

En plus des départements de recherche et développement, elle peut être facilement intégrée dans les lignes de production MIM existantes comme option pour la production à petite échelle et le prototypage.

« Malgré cette année difficile, nous avons eu d’excellentes collaborations avec les clients et nous avons prouvé que le MIM a le potentiel d’augmenter les performances et de réduire les coûts pour la production à petite et moyenne échelle, ainsi que pour la fabrication de pièces à géométrie complexe. Notre équipe est extrêmement fière d’avoir ajouté l’impression 3D des métaux avec lithographie au paysage de la fabrication. Nous apprécions beaucoup la confiance et la patience de nos premiers clients qui ont contribué au développement de notre produit et de notre entreprise. Nous avons encore un long chemin à parcourir pour passer à la production de masse, mais nous sommes impatients de continuer sur cette voie en 2021 », commente le CEO, Gerald Mitteramskogler.

N’oubliez pas que vous pouvez poster gratuitement les offres d’emploi de l’industrie de la FA sur 3D ADEPT Media ou rechercher un emploi via notre tableau d’offres d’emploi. N’hésitez pas à nous suivre sur nos réseaux sociaux et à vous inscrire à notre newsletter hebdomadaire : FacebookTwitterLinkedIn & Instagram ! Si vous avez une innovation à partager pour le prochain numéro de notre magazine numérique ou si vous avez un article à faire connaître, n’hésitez pas à nous envoyer un email à contact@3dadept.com

Experte en communication corporate, média et marketing à 3D Adept, Kety a un grand intérêt pour les innovations technologiques, précisément pour la portée de l’impression 3D sur différents secteurs d’activités. Afin d'en tirer profit à juste mesure, bon nombre de choses doivent encore être découvertes sur les technologies qui façonnent le monde de demain.