L’impression 3D flexible en vaut-elle le coup?


Aubrey Woern et Professeur Joshua Pearce, chercheurs de l’Université Technologique du Michigan, ont réalisé une étude sur le coût de l’impression 3D de biens de consommation à l’aide de filaments souples.

Pour réaliser l’étude, ils ont imprimé 3D 20 produits flexibles en filaments NinjaFlex. L’objectif était d’analyser le coût total et la faisabilité technique des produits imprimés 3D, parmi lesquels des sangles de montres casio, des bacs à glaçons, des pièces de voiture, des étuis de téléphone et d’autres accessoires.
En ce qui concerne le coût, l’idée était de déterminer si un article imprimé en 3D est rentable par rapport à son achat.

Ainsi, ils ont imprimé et testé en 3D 20 objets de consommation courante, fabriqués à partir de matériaux flexibles. Ces objets peuvent être recréés en utilisant le fameux filament de l’imprimante 3D NinjaFlex.

Objet imprimé en 3D analysé par les chercheurs – caméra GoPro


« Les produits imprimés en 3D ont été quantifiés par le temps d’impression, l’utilisation de l’énergie électrique et la consommation de filament en masse pour déterminer le coût de fabrication avec une imprimante 3D commerciale RepRap« , expliquent Woern et Pearce. « Les pièces imprimées ont été inspectées et, le cas échéant, testées pour leur application ciblée afin d’assurer la faisabilité technique.« 

Aubrey et Professeur Joshua ont utilisé une imprimante 3D Lulzbot Mini FDM avec un hotend FlexyStruder, un ensemble de matériaux qui constituent un bon investissement qui aurait pu être réalisé par le consommateur lambda (le non-spécialiste).

Mini imprimante 3D Lulzbot

Quelques étapes encore avant de tirer des conclusions …

La durée de vie des pièces imprimées 3D par rapport aux articles achetés en magasin, la probabilité des consommateurs de posséder une imprimante 3D sont quelques-uns des facteurs qui doivent encore être pris en compte.

En outre, d’autres études doivent être menées sur la faisabilité des imprimantes 3D par rapport aux détaillants en ligne.

« Des recherches futures sont nécessaires« , déclarent les auteurs, « pour déterminer le potentiel perturbateur de l’impression 3D distribuée à la fois en permettant une telle impression 3D sur le plan technique, ainsi qu’une analyse détaillée du cycle économique.« 

Pour l’instant, Prof. Pearce mentionne trois obstacles principaux à l’adoption généralisée de l’impression 3D, tous dans le domaine de l’éducation. Tout d’abord, «les gens ne sont pas habitués à considérer les produits comme un investissement, car la plupart des produits qu’ils achètent ne sont pas pour eux-mêmes.» De plus, pour tirer le meilleur parti d’une imprimante 3D, il faut être à l’aise [avec la CAD – Computer Aided Design] « et, » bien qu’il existe des millions de modèles, la plupart d’entre eux ne sont pas vraiment géniaux. »

[Même si] nous disposons d’une masse critique de conceptions d’impression 3D de haute qualité pour répondre à presque tous les caprices des consommateurs, les fabricants d’imprimantes 3D de bureau ne seront pas en mesure d’embaucher des employés assez rapidement pour répondre à la demande.”

 

Pour des informations exclusives sur l’impression 3D, abonnez-vous à notre newsletter et suivez-nous sur les réseaux sociaux!