Parier sur la technologie du cloud pour faire progresser la fabrication additive

Si la fabrication additive est le moteur de la fabrication en ligne, ce dernier segment soulève encore plusieurs questions chez les industriels. Les raisons de cette lenteur dans l’adoption de ce que l’on appelle le “cloud manufacturing” varient certainement d’un professionnel à l’autre, mais au final, la véritable adoption pourrait se résumer à la capacité d’automatiser un maximum de processus sur une plateforme unique.

Une entreprise qui a décidé de parier sur la technologie du cloud dès le premier jour est 3D Control Systems, une société que vous avez certainement découverte comme étant 3DPrinterOs. À la suite du lancement récent de sa plateforme de FA ZAP basée sur le cloud, nous avons rencontré Michelle Bockman, cofondatrice et CEO de 3D Control Systems, afin de dissiper les éventuels malentendus autour du nom de l’entreprise, de discuter de l’utilisation des technologies basées sur le cloud et de la vision de 3D Control Systems dans le secteur. 

Ingénieur en génie mécanique de formation, Bockman a acquis une vaste expérience dans des entreprises leaders du secteur, telles que Nikon, l’expert en métrologie, GE Healthcare, GE Digital, HP, ainsi que dans des secteurs verticaux clés comme l’automobile, pour n’en citer que quelques-uns. Des rôles dans l’automatisation, les services dédiés aux clients et la fabrication aux rôles dans le marché industriel numérique, Bockman a toujours été motivé par la possibilité de créer à partir de zéro.

« J’ai peut-être travaillé pour des organisations de premier plan, mais ces organisations ont acquis des start-ups ou créé des start-ups au sein de leur entreprise pour développer leur activité. Je me suis rendu compte que c’est dans ces start-ups que je m’amusais le plus », explique la CEO à 3D ADEPT Media. 3D Control Systems bénéficie aujourd’hui de cet esprit entrepreneurial, sans les mêmes capacités de mise sur le marché dont disposent habituellement les structures de pointe. « C’est un défi, nous faisons beaucoup de choses par nous-mêmes, mais le plus beau dans tout cela, c’est que nous y prenons plaisir et que nous continuons à agrandir l’équipe », ajoute-t-elle.

Alors, 3D Control Systems ou 3DPrinterOs ?

3D Control Systems a été fondée en 2014. Depuis, l’entreprise a gagné une telle popularité avec le développement de 3DPrinterOs que la plupart des gens ont fini par croire que 3DPrinterOs était le nom de l’entreprise. Notre invitée dans cette Opinion de la Semaine confirme que 3DPrinterOs n’est pas une entreprise autonome mais juste la première plateforme que 3D Control Systems développe depuis ses débuts. Le principe de la plateforme est simple : connecter les imprimantes 3D de bureau à un réseau de la même manière que les PC de bureau sont reliés à un serveur. L’objectif ultime est de créer une interface de gestion du flux de travail facile à utiliser, qui fonctionne sur la majorité des imprimantes 3D des équipementiers et qui aide à gérer les repères d’impression des utilisateurs, les fichiers de conception et à suivre les dépenses en matériaux à partir d’une plateforme centrale.

« Au fil du temps, nous avons réalisé que cette plateforme pouvait également être utilisée sur le marché industriel. Notre nouvelle plateforme, ZAP, a été construite sur ce modèle. Elle offre un large éventail de fonctionnalités nouvelles et avancées qui permettront aux usines d’automatiser leurs équipements d’impression 3D industriels internes et de mieux gérer la production externe. La plateforme fonctionne sur un modèle d’abonnement et peut être personnalisée pour chaque client », note Bockman.

Un regard plus attentif sur ZAP

ZAP est l’acronyme de Zero latency Autonomous Platform for Advanced Manufacturing (plateforme autonome à latence zéro pour la fabrication avancée).

Après une visite virtuelle de la plate-forme, nous avons constaté que ZAP est peut-être l’une des rares plates-formes à fournir une liste complète des fonctionnalités dont tout fabricant cherchant à produire en masse des pièces par FA aurait besoin. Ces fonctionnalités peuvent être classées en cinq grandes options : CRM (Customer Relationship Management), PLM (Product Lifecycle Management), ERP (Enterprise Resource Planning), QA (Quality Assurance) et MES (Manufacturing Execution System).

Il est intéressant de noter que, contrairement à son prédécesseur et à la plupart des plateformes qui se concentrent uniquement sur les imprimantes 3D, ZAP prend également en compte les besoins de post-traitement de la fabrication.

L’équipe de 3D Control Systems a pensé à tout pour les fabricants. Nous avons vu que l’opérateur peut évaluer les différents types de processus de fabrication qui peuvent être réalisés pour une pièce spécifique, les différentes options de post-traitement, le temps de fabrication, les coûts ainsi que la chaîne d’approvisionnement. En outre, la plateforme tient également compte du fait que chaque imprimante 3D d’une usine possède son propre logiciel, et permet de gérer le processus d’impression avec plusieurs imprimantes 3D en même temps.

« Nous avons une plateforme tout-en-un. Chaque semaine, nous avons une nouvelle fonctionnalité. Personne ne fait encore cela. Ce qui nous distingue, c’est que nous avons été les premiers à développer une plateforme qui a fait ses preuves, alors que les autres partent de zéro. Cela signifie que, quel que soit le problème qui survient pendant la production d’une pièce automobile, par exemple, nous pouvons facilement détecter où se trouve le problème et le résoudre immédiatement », souligne Bockman. 

« Des objectifs sains »

Avec le lancement de ZAP, 3D Control Systems a entamé un nouveau chapitre de son parcours. Si l’entreprise « vise les bureaux de service, les entreprises qui prennent des demandes internes et les entreprises qui se concentrent sur la fabrication avancée », l’équipe a encore un long chemin à parcourir. « Nous avons une feuille de route de produits pour continuer à travailler sur ZAP. Nous avons des objectifs sains qui consistent à obtenir un nombre important de clients et à montrer une vision plus large de ce que nous faisons chez 3D Control Systems », s’enthousiasme notre invitée.

En tant que leader, Bockman ne peut s’empêcher de penser que la diversité est un moyen d’atteindre ces objectifs. Ayant déjà incité des jeunes filles à s’intéresser aux études et aux carrières dans le domaine des STEM, elle est convaincue qu’il est impossible de créer le bon produit si une équipe n’est pas diversifiée. La société 3D Control Systems est composée à 50 % de femmes. Si elle reconnaît que les femmes doivent continuer à se soutenir et à s’inspirer mutuellement, elle insiste sur le fait que cette diversité doit aller au-delà du sexe et de la couleur de la peau. Il devrait s’agir au final de « diversité de pensées ».

N’oubliez pas que vous pouvez poster gratuitement les offres d’emploi de l’industrie de la FA sur 3D ADEPT Media ou rechercher un emploi via notre tableau d’offres d’emploi. N’hésitez pas à nous suivre sur nos réseaux sociaux et à vous inscrire à notre newsletter hebdomadaire : FacebookTwitterLinkedIn & Instagram ! Si vous avez une innovation à partager pour le prochain numéro de notre magazine numérique ou si vous avez un article à faire connaître, n’hésitez pas à nous envoyer un email à contact@3dadept.com