COUNTRY Focus : Les Pays-Bas sont-ils la plaque tournante de l’impression 3D pour la construction ?

Dans le cadre de nos efforts continus pour fournir aux entreprises des informations qui les aideront à faire le saut sur un nouveau marché, ce volume de 3D ADEPT Mag se concentre sur les “Pays-Bas”. Le présent article met en lumière cinq choses que vous devriez savoir sur l’impression 3D pour la construction aux Pays-Bas.

Cet article tombe à point nommé puisque nous allons explorer les complexités cachées de l’impression 3D dans le domaine de la construction dans le cadre de notre prochaine session additive talks.

Dans l’état des lieux du marché de l’impression 3D aux Pays-Bas, des recherches ont révélé qu’avant la création d’entreprises d’impression 3D dans tout le pays, le royaume a d’abord vu des entreprises orientées vers le grand public tenter de réaliser certaines applications avec l’impression 3D, ainsi qu’un accent particulier sur l’impression 3D de construction. En réalité, les premières tentatives de construction par impression 3D de béton sont apparues au milieu des années 90 dans les installations de Weber Beamix, mais le marché n’était tout simplement pas prêt pour cela, à des fins de commercialisation.

Au fil du temps, des organisations et des entreprises du monde entier ont commencé à explorer les possibilités offertes par l’impression 3D pour la construction, ce qui n’est pas passé inaperçu auprès des leaders néerlandais dans ce domaine. Afin de rester compétitifs, un groupe de ces géants qui comprend Ballast NedamBAMBekaert, Concrete ValleyCRHCyBeSGS IntronVerhoeven Timmerfabriek NederlandWeber BeamixVan WijnenWitteveen+Bos et stichting SKKB a décidé d’unir leurs forces pour créer un pavillon qui présentera une imprimante 3D massive robotisée pour béton à l’Université de technologie d’Eindhoven (TU/e). C’était en 2015. Depuis, ces entreprises soutenues par le gouvernement et les universités se sont fixé pour objectif de faire des Pays-Bas le leader de l’impression 3D de la construction.

Aujourd’hui, plusieurs entreprises, conscientes du potentiel de l’impression 3D pour le secteur de l’architecture et de la construction ont émergé. Lorsqu’on observe le marché néerlandais de l’impression 3D aujourd’hui, on ne peut s’empêcher de se demander si l’impression 3D pour la construction n’est pas en train de devenir un facteur de différenciation clé permettant au pays de se démarquer sur le marché mondial de l’impression 3D.

Voici 5 choses que nous avons remarquées à propos de l’impression 3D dans la construction aux Pays-Bas et que nous n’avons pas (encore) vues dans d’autres pays européens.

1- Eindhoven accueille la première installation industrielle européenne d’impression 3D de béton

Il y a deux ans, un groupe de partenaires comprenant Saint-Gobain Weber Beamix, BAM Infra, Bekaert, Witteveen+Bos, l’Université de technologie d’Eindhoven et Van Wijnen ont décidé d’unir leurs forces pour ouvrir la première installation industrielle d’impression 3D de béton en Europe. Comme vous pouvez le voir, certaines de ces entreprises ont été impliquées dans le “projet de pavillon” à TU/e.

L’usine d’impression 3D était située à Eindhoven, une ville considérée comme la “capitale technologique” du pays. Pour les partenaires, cet « emplacement industriel commercial pour l’impression 3D d’éléments en béton pour la construction » est censé servir de lieu de recherche, d’endroit où ils peuvent imprimer en 3D de manière commercialement durable, et de point de départ pour de nombreux projets, dont le “Projet Milestone” que vous verrez ci-dessous.

Au cours du dernier trimestre de l’année dernière, une autre entreprise néerlandaise, Vertico, a ouvert son installation d’impression 3D de béton dans la ville. Ce qui fait la particularité de Vertico, c’est qu’elle se concentre sur les détails fins et les applications architecturales, par opposition aux applications d’impression plus épaisses dans les grandes structures.

Eindhoven – Vertico

2- Projet Milestone

Dans ce secteur, vous savez que les entreprises joignent le geste à la parole lorsque vous voyez leurs promesses se concrétiser. Et quand elles tiennent leurs promesses, ce n’est pas seulement un jalon pour elles, c’est une illustration/un exemple de ce que la technologie peut faire pour une industrie verticale spécifique.

En 2018, un an avant d’annoncer l’ouverture de l’usine d’impression 3D, le projet Milestone a été annoncé. Son objectif ? Imprimer en 3D cinq maisons qui seront mises en location à Eindhoven. Au cœur du projet, on retrouve l’université technologique d’Eindhoven, l’entrepreneur Van Wijnen, Vesteda (gestionnaire immobilier), Saint Gobain Weber Beamix (entreprise de matériaux) et Witteveen+Bos, une société d’ingénierie. Vesteda, l’acheteur de ces maisons, les louera à ceux qui seront intéressés. Les architectes Houben & Van Mierlo ont conçu le projet et se sont inspirés de “blocs erratiques dans un paysage vert“.

Le 30 avril 2021, les partenaires ont terminé l’une des maisons imprimées en 3D. Les premiers locataires, un couple néerlandais, ont reçu la clé et expérimentent actuellement la vie dans cette maison nouvellement construite.

3- Le projet Bridge

Un autre projet qui prend actuellement forme aux Pays-Bas et qui mérite d’être mentionné est le projet Bridge. Présenté pour la première fois lors de la “Journée de l’innovation” à RWS en octobre 2018, il s’agit d’une initiative du Rijkswaterstaat, des Pays-Bas et du Studio Michiel van der Kley en collaboration avec l’Université technique d’Eindhoven. Elle consiste à appliquer de nouvelles techniques d’impression 3D en béton dans l’environnement du bâtiment.

L’idée originale était d’imprimer un tunnel et Nijmegen avait été choisie pour la construction. L’idée était tout à fait opportune car la ville – située à l’est du pays – souhaitait construire quelque chose d’accrocheur et d’emblématique après sa nomination en tant que capitale verte de l’Europe en 2018. Cependant, lorsque les partenaires ont trouvé l’emplacement exact de la construction, “il est devenu évident qu’un tunnel ne serait pas si facile, un pont serait cependant le bienvenu“.

Le plus long pont du monde

En avril 2021, de nouvelles photos ont été partagées par les partenaires du projet. Le projet n’est pas encore terminé, mais ce qu’ils ont construit jusqu’à présent mesure déjà 29,5 mètres de long. Jusqu’à présent, le plus long pont en béton imprimé en 3D qui a été certifié par le Guinness World Records a été construit en Chine et mesure 26,3 mètres de long. Nous n’en sommes qu’à la phase d’impression du “projet de pont” et il a déjà battu ce record.

4- Le plus grand nombre d’entreprises d’impression 3D de construction en Europe – et probablement dans le monde

La liste actuelle des entreprises pionnières en matière de maisons imprimées en 3D et de construction automatisée est exhaustive. Entre celles qui sont nées pendant la pandémie et celles qui ont fait faillite, nos dernières recherches montrent que les Pays-Bas abritent actuellement le plus grand nombre d’entreprises d’impression 3D qui se concentrent partiellement ou entièrement sur la construction.

Le pays accueille actuellement 10 entreprises qui ouvrent la voie à la construction durable grâce à l’impression 3D : Twente Additive Manufacting, CyBe Construction, Vertico, BAM et Weber Beamix, Coastruction, CONCR3DE, Rohaco, DUS Architects, MX3D et Aectual.

5- Le “climat économique actuel” semble favorable au secteur de la construction

Il est un peu difficile de se pencher sur l’impression 3D dans le domaine de la construction sans jeter un coup d’œil à « l’état général du secteur de la construction dans une région donnée ». Nous ne nous sommes pas plongés dans le cadre juridique et la juridiction connexe – nous vous laissons cette partie du travail – ; mais selon Lexology, une source complète de mises à jour, d’analyses et de perspectives juridiques internationales, « le climat économique actuel a été favorable au secteur de la construction. Les tendances intéressantes comprennent le réaménagement des bâtiments existants, la durabilité/circularité et l’innovation. La demande de logements, de centres de logistique et de données et de concepts de bureaux flexibles est également élevée et les investisseurs ont montré un appétit pour les projets financés par anticipation. En outre, les nouvelles règles fiscales conduiront probablement à différentes manières de structurer les projets, ce qui aura une incidence sur le nombre d’entités utilisées, le financement et le moment du transfert juridique ». Vous pouvez en savoir plus sur le cadre juridique en consultant leur article consacré à la construction aux Pays-Bas.

Sur la base de ces cinq points, pouvons-nous légitimement affirmer que l’industrie de l’impression 3D pour la construction en Europe avance à un bon rythme et que les Pays-Bas font définitivement partie des pays qui marquent l’histoire ?

Cette article a été initialement publié dans le numéro de Mai/Juin de 3D ADEPT Mag.

Pour découvrir les complexités dans l’impression 3D de la construction, n’hésitez pas à vous inscrire à notre prochaine session additive talks.