La société finlandaise Brinter, spécialiste de la bio-impression 3D, a lancé une nouvelle tête d’impression pour ses bio-imprimantes 3D. Baptisée Digital Pneuma Pro, la tête d’impression a été conçue pour les universitaires et les laboratoires pharmaceutiques qui cherchent à tester et à développer des traitements plus personnalisés pour l’ingénierie tissulaire complexe et la thérapie cellulaire, comme la réparation des tissus endommagés, le remplacement des fonctions biologiques perdues et les solutions thérapeutiques localisées pour le traitement des maladies. Globalement, la technologie permet des effets de guérison plus précis avec moins d’effets secondaires pour les patients, explique Brinter.

Selon le CEO Tomi Kalpio, qui a récemment participé à une série de « questions-réponses », la clé de cette nouvelle série réside dans l’expérience accumulée par les membres de l’équipe qui utilisent leur architecture matérielle propriétaire, leur logiciel et leur connaissance des systèmes d’automatisation fluidique pour fabriquer des circuits fluidiques complexes, dont le volume mort est proche de zéro afin d’économiser les ressources et d’éviter la contamination croisée avec d’autres matériaux.

La nouvelle tête d’impression Digital Pneuma Pro peut recréer l’architecture précise de cellules humaines vivantes en utilisant plusieurs matériaux et distribuer une combinaison de divers matériaux dans le même travail d’impression en utilisant la manipulation microfluidique. Grâce à la modularité de l’appareil, il est possible d’apporter des modifications au matériel pour s’adapter aux combinaisons nécessaires, comme le contrôle de la température ou les options d’imagerie. Sans cette approche modulaire, il faudrait acheter de nouveaux appareils pour chaque fonction comme l’extrusion de granulés ou de pâte, la manipulation fluidique ou la distribution de liquide.

Le modèle phare de Brinter, Brinter One, est une bio-imprimante modulaire capable d’imprimer en 3D des structures tissulaires multi-matériaux et très complexes, offrant toutes les fonctions de base nécessaires à la bio-impression. L’appareil peut imprimer des matériaux rigides et mous, y compris, mais sans s’y limiter, des liquides et des hydrogels avec des cellules vivantes, de la bio-pâte, du métal avec un matériau liant et du plastique, tout en étant facile à emballer et à installer dans un autre laboratoire ou une autre salle blanche en quelques minutes.

Auparavant, le matériel coûteux, les courbes d’apprentissage et les limites des logiciels, ainsi que le contrôle des processus, limitaient l’efficacité de la recherche sur les thérapies cellulaires par bio-impression.

« Nous comblons le fossé entre les environnements micro/nano/pico/femto-fluides et l’environnement de la bio-impression, ce qui donne aux utilisateurs la précision nécessaire pour contrôler le matériau qui est manipulé pour divers cas d’utilisation – de la génération de gradients à la programmation des cellules dans les gouttelettes pour fabriquer des médicaments personnalisés ou des matériaux fonctionnels pour cibler le cancer ou guérir/régénérer les tissus« , conclut Kalpio.

N’oubliez pas que vous pouvez poster gratuitement les offres d’emploi de l’industrie de la FA sur 3D ADEPT Media ou rechercher un emploi via notre tableau d’offres d’emploi. N’hésitez pas à nous suivre sur nos réseaux sociaux et à vous inscrire à notre newsletter hebdomadaire : FacebookTwitterLinkedIn & Instagram ! Si vous avez une innovation à partager pour le prochain numéro de notre magazine numérique ou si vous avez un article à faire connaître, n’hésitez pas à nous envoyer un email à contact@3dadept.com