BASF : les efforts d’un géant de la chimie pour faire face au marché grandissant de l’impression 3D

Il y a trois ans, lorsque BASF a annoncé la création de BASF 3D Printing Solutions GmbH (BASF 3DPS), sa filiale dédiée à l’industrie de l’impression 3D à 100 %, on pouvait difficilement imaginer que la société allait secouer l’industrie de l’impression 3D de manière aussi intense.

En tant que géant de la chimie, les efforts de l’entreprise au cours des trois dernières années pourraient être perçus comme des signes d’une entreprise qui a du mal à se positionner dans l’étrange monde de l’impression 3D. Avec le recul, nous avons examiné la situation dans son ensemble, et nous nous sommes rappelé cette déclaration de Rüdiger Theobald, Senior Manager Sales & Marketing 3D Power Solutions, à 3D ADEPT Media : « un an en fabrication additive, c’est 10 ans en chimie traditionnelle ». Une déclaration qui pourrait enfin expliquer les mesures stratégiques que l’entreprise déploie en permanence pour rester dans le collimateur de tous.

Dans cette interview, nous avons échangé avec François Minec, directeur général de BASF 3D Printing Solutions, sur les acquisitions, les investissements, les partenariats et les innovations de l’entreprise.

Avec 20 ans d’expérience dans le développement commercial de produits chimiques et plastiques spécialisés, beaucoup connaissent François Minec comme le fondateur d’Advanc3D materials, une société qui développe des matériaux d’impression 3D, tels que les filaments FDM/FFF et les poudres SLS, et qui a été rachetée par BASF en juillet 2018.

Il était également actionnaire de Setup Performance, une société partenaire d’Advanc3D Materials qui a également été rachetée par BASF. En tant que directeur général de BASF 3D Printing Solutions, le spécialiste de l’impression 3D est responsable de l’orientation stratégique de la société ainsi que des performances commerciales de ses différentes lignes de produits.

Depuis le lancement de BASF 3D Printing Solutions, la société allemande a rapidement élargi ses niveaux d’expertise en matière de fabrication additive, et cela est principalement dû à ses acquisitions et investissements.

Acquisitions et investissements

En effet, avant l’acquisition des matériaux Advanc3D et de Setup Performance, il faut noter que BASF s’est d’abord développée dans les matériaux d’impression 3D avec l’acquisition d’Innofil3D. D’autres investissements dans Essentium, Prismlab, Materialise, ainsi que des partenariats de haut calibre en FA avec des partenaires tels HP et Essentium ont donné plus de poids à la stratégie de la société en matière d’impression 3D.

Cependant, parmi ces acquisitions, celle de Sculpteo reste une grande surprise pour l’industrie. Depuis plusieurs années, le service français d’impression 3D a travaillé dur pour garder une place sur la scène internationale aux côtés d’autres entreprises telles que Materialise et Shapeways.

Ce tournant décisif dans l’existence de Sculpteo, donne plus de force et une expertise des polymères à la société de Clément Moreau, et d’autre part, donne à BASF un nouveau profil : celui de producteur de pièces.

« Pour nous, l’acquisition de Sculpteo en novembre 2019 était une étape logique pour faire avancer la FA. En tant que Forward AM, nous proposons des matériaux et des solutions performants, Sculpteo offre des services d’impression. En combinant ces deux compétences, nous créons des synergies dont bénéficient nos clients. Avec Sculpteo, nous sommes capables d’accélérer l’introduction de matériaux et de solutions innovants. Bien entendu, nous pouvons démontrer davantage nos capacités – en offrant à nos clients finaux des solutions qui fonctionnent vraiment », explique François Minec.

La réponse de François Minec soulève encore plusieurs questions concernant les relations de BASF avec d’autres partenaires, concernant les relations commerciales entre Sculpteo et d’autres producteurs de matériaux, des questions en bref, auxquelles, espérons-le, le temps ne pourra que répondre.

Cependant, pour garder le « focus » sur les solutions d’impression 3D de BASF, il faut noter que l’annonce de cette acquisition a eu lieu au moment où la société a lancé sa nouvelle marque d’entreprise, Forward AM.

Forward AM, la nouvelle marque de BASF 

L’année dernière, en novembre 2019, lorsque l’entreprise allemande a annoncé sa nouvelle orientation de communication avec la nouvelle marque Forward AM, il était évident que la combinaison des mots “Forward” & “AM” signifiait « des matériaux et des technologies de pointe orientés vers l’avenir ».

Mais pour être honnête, cela a également soulevé une petite confusion quant à la société BASF 3D Printing Solutions GmbH.  Est-ce une nouvelle marque qui fait partie de BASF 3DPS ? Ou est-ce le nouveau nom de BASF 3DPS ?

Le directeur général lève l’incertitude sur ce sujet : « ‘‘BASF 3D Printing Solutions GmbH’’ est le nom de notre entité juridique, tandis que “Forward AM” est le nom sous lequel nous commercialisons nos solutions et matériaux de FA dans le monde entier. Le terme “Forward” dans notre nom de marque et notre logo symbolise notre objectif d’amener la FA à un niveau supérieur en l’industrialisant, et de soutenir ainsi nos clients avec nos solutions de bout en bout, de la première idée au produit imprimé. Si on considère le positionnement de notre entreprise dans le cadre de BASF, nous sommes clairement définis comme une filiale qui se concentre uniquement sur les solutions et les matériaux d’impression 3D. C’est également la raison pour laquelle nous sommes organisés en structures de type start-up – pour agir rapidement dans le secteur dynamique de la FA ».

Avancer avec les partenariats et les innovations

En ce qui concerne les développements en cours, le spécialiste des matériaux a annoncé l’année dernière qu’il travaillait sur un “programme de matériaux certifiés par une tierce partie” dans le cadre de son partenariat avec HP. Les premiers fruits de ce programme ont été le lancement du matériau certifié Ultrasint® TPU, qui est utilisé dans plusieurs applications industrielles (chaussures, équipements de protection, sièges et intérieurs automobiles, ainsi que gabarits et accessoires).

Il y a un mois et demi, les entreprises ont lancé un matériau en polypropylène (PP) à haute réutilisabilité pour la série Jet Fusion 5200 de HP. Adapté aux applications où un équilibre optimal entre performances et coût est souhaité, il contribue à réduire les déchets en permettant de réutiliser jusqu’à 100 % de la poudre excédentaire.

En outre, la première opportunité résultant de l’acquisition de Sculpteo par BASF a été le lancement de la plateforme numérique de Sculpteo, où les clients pouvaient télécharger des fichiers 3D et commander des pièces imprimées en 3D – qui seront produites avec une large gamme de matériaux de BASF entre autres. 

En parlant de ces matériaux, le directeur général s’enthousiasme à propos d’un filament métallique spécifique : « Il s’agit d’un filament à coût compétitif, basé sur le matériau Catamold® de BASF, qui fonctionne sur n’importe quelle imprimante FFF. C’est le matériau parfait pour les outils, les gabarits et les montages, mais aussi pour les pièces de rechange des machines industrielles et de l’agriculture. Nous avons commercialisé ce matériau l’année dernière, et depuis lors, il est également disponible pour l’impression directe de pièces via la plateforme Sculpteo que j’ai mentionnée précédemment. Nous voyons vraiment une accélération pour ce produit ».

En outre, en Asie, la société développe son activité d’impression 3D avec le soutien de Prismlab, un fabricant d’imprimantes 3D qui est désormais distributeur officiel des produits photopolymères Ultracur3D® haute performance de Forward AM. Cette nouvelle gamme de matériaux sera distribuée sous un portefeuille spécifique « Ultracur3D® pour Prismlab ».

« Ce partenariat est un élément de notre stratégie pour la région asiatique. Depuis que nous avons commencé avec Forward AM en Europe, nous avons maintenant l’objectif clair d’établir une infrastructure en Amérique du Nord ainsi qu’en Asie. D’ici le premier trimestre 2021, nous prévoyons d’avoir des centres d’excellence d’impression 3D dans les deux régions pour servir les clients avec nos solutions à l’échelle mondiale », ajoute le DG.

Le marché de l’impression 3D aujourd’hui : matériaux et opportunités

Il faut tellement de temps pour développer un matériau d’impression 3D que les producteurs doivent pouvoir saisir les opportunités de marché lorsqu’ils en voient une. C’est ce que BASF a fait. Il y a trois ans, lorsque BASF 3DPS a fait ses débuts sur ce marché, il y avait une forte demande pour des plastiques et des poudres plus fonctionnels.

Aujourd’hui, il y a une répartition plus équitable des opportunités de matériaux pour les quatre principales technologies (Fusion sur lit de poudre, polymérisation, filaments et métal), « chaque technologie représentant environ 25 % », selon les mots du porte-parole de BASF.

Ces technologies « présentent toutes des taux de croissance similaires d’environ 25 % – il n’y a donc pas de “gagnant évident”, même si la polymérisation est encore un peu en avance. Pour nous, chez Forward AM, ce développement souligne notre stratégie qui consiste à être présent dans toutes les technologies et à offrir des solutions dans les différentes technologies », conclut le porte-parole.

Il a fallu plusieurs années à de nombreuses entreprises pour se positionner en tant qu’acteurs de premier plan dans le secteur de la FA. Il n’a fallu que trois ans à BASF pour atteindre une position exceptionnelle, et nous n’avons pas encore fini d’en entendre parler.

Cette interview a été initialement publiée dans le numéro de Mai/Juin de 3D ADEPT Mag.